Bilan

Le TRADER MASQUÉ en direct du floor

La maxime "Quand votre concierge achète de l’or, vendez-lui le vôtre ."

Lafarge (LG.PA 45.2 euros)

Le cimentier français sort la tête de l’eau. Après avoir souffert en 2009 de la faible demande des pays occidentaux, le leader du secteur a vu son chiffre d’affaires progresser de 2% (– 17% en 2009).  Ce résultat récompense son repositionnement sur les marchés émergents, qui devraient assurer la grande partie de la croissance du secteur. Le bénéfice en hausse de 12% à 827 millions d’euros a profité de la hausse de la demande au quatrième trimestre. Ces changements stratégiques devraient faire affluer le cash et ainsi réduire d’environ 2 milliards un endettement record (14 milliards) contracté suite au rachat des cimenteries égyptiennes d’Orascom. Pour lutter contre la flambée des matières premières, Lafarge a également fondé une société avec le minier britannique Anglo American. Lafarge semble en passe de rattraper son retard d’environ 15% sur les autres actions  du secteur. Une hausse de 25% à 58 euros est probable à un horizon de six mois. LifeWatch (LIFE 7.5 francs)

La société israélienne de techniques médicales cotée en Suisse a vu son chiffre d’affaires fondre de 30% en 2010, avec un léger bénéfice de 0,8 million, contre 29,2 en 2009. Cependant le dernier trimestre 2010 marque un redressement avec des hausses de 12% du chiffre d’affaires et de 40% du bénéfice. De plus l’entreprise s’active à convaincre les assurances maladie américaines du bienfait de ses appareils pour les mesures cardiologiques ambulatoires à distance. Ces dernières, d’abord récalcitrantes au remboursement, se laissent petit à petit convaincre du bien-fondé du concept selon l’adage qu’il vaut mieux prévenir que guérir. Cet effort didactique devrait redresser ce secteur  dont les chiffres ont été très décevants. Le titre, ayant perdu 50% de sa valeur sur 12 mois, il offre un potentiel de rebond aux alentours de 10 francs (+30%) d’ici la fin 2011. En revanche, la faible liquidité du titre nous incite à vous conseiller la patience en n’hésitant pas à accumuler le titre sur une longue période.

 

Compagnie Financière Tradition (CFT 118 francs)

La société lausannoise spécialisée dans le trading interbancaire  a lancé, mi-mars, sa plateforme «Trad-X », regroupant 10 banques d’envergure planétaire. Ce système de négociation de gré à gré offre une liquidité supplémentaire en introduisant le négoce sur des produits «à la carte», pour un coût de transaction plus faible. Côté chiffres, 2010 ne restera pas comme un grand crû. Une baisse de 10% du chiffre d’affaires conjuguée à des coûts non récurrents ont plombé le bénéfice à 52 millions contre 120 un an plus tôt. Cependant la machine est désormais lancée et 2011 devrait voir fructifier les efforts passés. En se concentrant également sur la réduction de ses coûts le numéro 3 du secteur devrait retrouver une croissance à deux chiffres. En outre, les spécialistes s’accordent à pronostiquer des rachats et fusions dans le secteur. Le titre offre un potentiel de hausse de 20% à 145 francs au cours du prochain semestre. Cependant, ici aussi la liquidité de l’action oblige à des achats parcimonieux.

 

 

Si vous avez raté la quinzaine boursière

Les secteurs du marché poursuivent leur reprise au gré des résultats trimestriels. Si les chiffres publiés sont, dans l’ensemble, assez bons pour les secteurs financiers et industriels, les titres liés à la consommation accusent des baisses principalement liées aux prix des matières premières. Cependant ces dernières semblent techniquement en phase de repli. Avec des hausses comprises entre 20% et 40% depuis janvier, une pause est bienvenue. Le ralentissement de conjoncture fait légèrement régresser la demande industrielle, et cette tendance,  amplifiée par les ventes spéculatives, finit par faire pression sur les prix.

L’arrivée de la spéculation auprès du grand public étant aussi un signe de fin de cycle, une correction semble inévitable tant que la demande réelle ne repart pas. En l’absence de nouveaux facteurs externes, le marché devrait donc continuer à évoluer par secteurs, favorisant ceux de  la consommation non courante en se dégageant des matières premières.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."