Bilan

Le ver de l'endettement était déjà dans le fruit

En effet, les contre-feux allumés pour éviter que survienne une dépression économique, notamment les plans de relance de plus de 2000 milliards, l'ont été dans des pays déjà trop endettés à la base (ménages, gouvernement et entreprises). «Les conditions initiales sont déterminantes, car la capacité d'un pays à répondre à une crise financière est directement liée au poids de sa dette, écrit Bill Gross. Au final, une crise bancaire débouche sur le doublement de la dette étatique dans les trois ans qui la suivent.»Lui ne croit pas que l'économie va repartir rapidement. «Même si les entreprises ont profité de la pentification de la courbe des taux (les banques empruntent à 0,5% et placent à 3,5%, ndlr) et de l'argent injecté par les gouvernements, les consommateurs restent extrêmement endettés, indique-t-il. Ils ne pourront pas éviter une cure de désintoxication aussi longtemps que le taux de chômage restera à des niveaux de 10% à 20% dans le monde.» Bref, le pilier de la croissance occidentale, à savoir la consommation, va encore souffrir.Certains pays sont mal pris. L'Espagne, l'Irlande, la France, les Etats-Unis, l'Italie, la Grèce et le Japon seront particulièrement sensibles au gonflement de la dette publique. Les chiffres qu'il donne sont éloquents. «Lorsque la dette publique atteint 90% du PIB, la croissance économique d'un pays est rabotée de 1%.» Et l'emploi ne paraît pas prêt de repartir. «En moyenne, le chômage grimpe de 7% lors d'une crise bancaire et reste élevé durant cinq ans». Il n'y a donc pas grand-chose à attendre avant 2012-2013...En termes de placements, ce contexte n'est guère positif. Pour dégager des profits, Bill Gross recommande les zones émergentes, «là où la consommation n'en est encore qu'à ses premiers balbutiements, où le niveau d'endettement est bas et les réserves élevées». Des pays sains, semble-t-il.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."