Bilan

Les 300 plus riches de Suisse - édition 2013

La hausse des marchés boursiers a favorisé les familles concernées par notre enquête. Leur fortune cumulée a augmenté cette année de 12%, à plus de 627 milliards de francs. 65% d’entre elles étaient d’ores et déjà milliardaires.

La crise semble avoir épargné la majeure partie de nos «happy fews». Si l’on ne tient pas compte des quelques rares personnalités dont la fortune a été revue à la baisse (tels Alain Duménil ou Richard Cohen – qui sortent de notre classement), seules 12 familles ont vu leur patrimoine diminuer significativement, soit 3,5% de nos riches. Pour 21,2% de ceux-ci, c’est l’inverse qui s’est produit. Leur richesse, souvent constituée d’actions cotées, a grimpé.

Concrètement, 72 personnalités, familles ou groupes de familles liées, ont vu leurs avoirs exploser de 51,45 milliards de francs. Parmi elles, 20 ont connu une augmentation de leur fortune d’au moins 1 milliard de francs, dont 17 des 25 plus riches
de Suisse. Le patrimoine de ces 20 familles a grimpé de 36,7 milliards de francs. La «richesse» des 52 autres familles concernées s’est accrue de 14,75 milliards, soit de 280 millions en moyenne.

Si l’on analyse plus en détail qui est réellement concerné par cette progression de la fortune, cela donne ceci: seuls 7,5% de ceux qui ont un patrimoine évalué à moins d’un demi-milliard de francs étaient plus riches en cette fin d’année qu’il y a un an. A l’inverse, 31,5% des milliardaires sont dans ce cas de figure. Notre enquête confirme à nouveau l’adage comme quoi «plus on est riche, plus on devient riche».

Cinq milliards de plus en un an

Qui sont celles et ceux qui en ont le plus profité? Tout d’abord les descendants des familles fondatrices de la multinationale pharmaceutique Roche, les familles Hoffmann et Oeri (+5 milliards), soit les plus riches de Suisse derrière les Kamprad. Ensemble, elles possèdent 50,1% des voix. Or l’action a magnifiquement performé, grimpant en un an de 175 fr. à 255 fr. De plus, rappelons que Roche est le champion de Suisse des dividendes.

L’actualité a également mis la famille de Gianluigi Aponte sous les projecteurs. Plus précisément l’annonce de la cession, pour 1,93 milliard de dollars, de 35% de la société Terminal Investment (TIL) créée par cette famille genevoise d’adoption. Cette vente a permis de connaître ainsi la valorisation de TIL.

A côté de cela, les propriétaires du groupe MSC ont développé depuis une décennie une activité de croisières avec la construction d’une douzaine de paquebots ultramodernes, soit un programme d’investissement dépassant les 7 milliards. Autant d’éléments qui ont justifié la réévaluation du patrimoine de cette discrète famille (+4 milliards).

Le septuagénaire Jorge Lemann (+3 milliards), troisième fortune du pays, se porte à merveille grâce à l’augmentation de la consommation de bière sur les grands marchés (Russie, Chine, etc.) En effet, ce Suisso-Brésilien possède près de 15% du plus grand groupe de brasseries au monde: Anheuser Busch InBev (les marques Budweiser, Leffe, Stella Artois ou encore Corona). Ces dernières années, les actions de ce géant ont bondi de 700%!

Ingvar Kamprad et ses trois fils cartonnent toujours autant grâce à Ikea (+3 milliards), malgré les polémiques qui surgissent épisodiquement. Le groupe a dégagé un bénéfice de près de 4 milliards en 2012. La valorisation de leur fortune peut paraître importante (entre 41 et 42 milliards), or Bloomberg l’estime quant à elle à 47 milliards de francs.

Précisons que les trois fils d’Ingvar, Peter (49 ans), Jonas (47 ans) et Mathias (44 ans) possèdent le passeport suisse. Dès lors, même si leur père, 87 ans, a récemment décidé d’aller finir ses jours dans le comté de Kronoberg suite au décès de sa femme, Bilan continue d’inclure cette famille dans sa liste.

Du côté des perdants, peu nombreux, il faut mentionner Viktor Vekselberg (-2 milliards). Le magnat russe, établi à Zoug, contrôle près de 50% des actions du groupe de haute technologie d’OC Oerlikon et 100% du plus grand fournisseur privé d’électricité de Russie, entre autres.

Un autre phénomène se confirme à nouveau cette année: la progression régulière du nombre de milliardaires suisses ou établis en Suisse. Alors que nous en recensions 137 à la fin 2012, ce chiffre est passé à 149 (+8,8%). Parmi les douze «nouveaux» milliardaires, il y en a huit qui n’apparaissaient pas encore dans notre enquête et quatre qui ont franchi la barre du milliard (les familles Wagner, Despature, Burkard-Schenker et Vontobel).

La fortune cumulée des 149 familles multimilliardaires s’élève à 569,6 milliards de francs (+17,9%). Détail intéressant: les dix plus fortunés du pays possèdent un patrimoine évalué à environ 160 milliards de francs.

Les nouveaux milliardaires

Voici une présentation des nouveaux milliardaires de notre classement. Les Brésiliens Jacob Safra et son père Joseph (frère de feu Edmond), 46e fortune mondiale selon Forbes, vivent en Suisse. Leur fortune est estimée à environ 13 à 14 milliards de francs, ce qui les place d’emblée au 5e  rang suisse. Rappelons que la veuve d’Edmond, Lilly, vit elle aussi à Genève. 

Rattrapé par l’actualité, le discret Beny Steinmetz, 57 ans, a été propulsé sur le devant de la scène médiatique suite à des accusations de corruption portées contre lui par le président guinéen Alpha Condé, que le diamantaire israélien conteste. Sa fortune s’élèverait à plus de 8,5 milliards de dollars selon Bloomberg. 

Inutile de présenter longuement la famille Swarovski, qui a connu un succès mondial grâce à ses cristaux, entre autres. Une partie des héritiers du fondateur vit en Suisse, notamment dans le canton de Vaud. Parmi les autres «stars», il y a également Pier Luigi Loro Piana, 62 ans, établi dans les Grisons et qui vient de céder ses parts au groupe de luxe LVMH.

Citons encore trois familles: tout d’abord un discret Israélo-Ukrainien, Igor Kolomoyskyi, établi à Genève, cofondateur du conglomérat Privat Group (compagnies aériennes, médias, football, etc.); le vicomte Christopher Portman, 57e Britannique le plus fortuné grâce à la possession d’un vaste terrain de 0,5 km2 en plein centre de Londres; et encore le Tchèque Radovan Vitek qui s’apprête à investir 200 millions dans la construction de deux hôtels à Crans-Montana où il est résident.

Ces personnalités, ainsi qu’une quinzaine d’autres, viennent enrichir notre véritable who’s who de Suisse version 2013.

 

La Suisse n'a jamais compté autant de millionnaires

Que sont devenus les milliardaires de 2000?

Serge Guertchakoff

RÉDACTEUR EN CHEF DE BILAN

Lui écrire

Serge Guertchakoff est rédacteur en chef de Bilan et auteur de quatre livres, dont l'un sur le secret bancaire. Journaliste d'investigation spécialiste de l'immobilier, des RH ou encore des PME en général, il est également à l'initiative du supplément Immoluxe et du numéro dédié aux 300 plus riches. Après avoir été rédacteur en chef adjoint de Bilan de 2014 à 2019, il a pris la succession de Myret Zaki en juin de cette année.

Du même auteur:

Le capital-investissement connaît un renouveau en Suisse
Le Geneva Business Center de Procter & Gamble récompensé pour ses RH

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."