Bilan

Les banques centrales suisse et chinoise ont signé un accord d'échange de devises

La Banque nationale suisse (BNS) et la Banque populaire de Chine (PBOC) ont passé un accord de swap bilatéral.

L'accord de swap permet aux deux banques centrales d'acheter et de racheter des renminbis et des francs à hauteur d'un montant maximal de 150 mrd RMB, soit 21 mrd CHF, et, partant, d'approvisionner au besoin les marchés correspondants en monnaie chinoise et helvétique.

Crédits: Keystone

La Banque nationale suisse (BNS) et la Banque populaire de Chine (PBOC) ont passé un accord de swap bilatéral. L'accord, signé lundi à Pékin par Thomas Jordan, président de la BNS, et Zhou Xiaochuan, gouverneur de la PBOC, octroie à la BNS un quota d'investissement en renminbis, et ainsi que la possibilité de placer une partie de ses réserves de devises sur le marché obligataire chinois, indique le communiqué.

L'accord de swap permet aux deux banques centrales d'acheter et de racheter des renminbis et des francs à hauteur d'un montant maximal de 150 mrd RMB, soit 21 mrd CHF, et, partant, d'approvisionner au besoin les marchés correspondants en monnaie chinoise et helvétique.

La PBOC octroie à la BNS un quota de 15 mrd RMB, soit quelque 2 mrd CHF, pour des investissements sur le marché interbancaire chinois des obligations, ce qui permettra à la banque centrale helvétique de continuer à diversifier ses réserves de devises.

La signature de cet accord et l'attribution à la BNS d'un quota d'investissement en renminbis renforcent la collaboration entre la PBOC et la BNS, et souligne les relations toujours plus étroites qu'entretiennent la Chine et la Suisse, poursuit le communiqué.

Ce texte constitue une condition préalable au développement d'un marché du yuan en Suisse", a expliqué en conférence de presse le président de la BNS. Et d'ajouter qu'un tel marché ne pourra voir le jour "que si une banque chinoise ayant accès au système bancaire chinois s'établit en Suisse, afin d'assurer les procédures de clearing."

"L'importance des échanges économiques entre les deux pays constitue une excellente base de départ", a commenté le président de la BNS, précisant que la balle était désormais dans le camp des acteurs privés. "Il n'y aura pas qu'une seule plate-forme d'échange de yuans en Europe", a averti Thomas Jordan, en référence aux accords existant avec Londres et Francfort.

Le président de la BNS a rappelé qu'au-delà des échanges commerciaux bilatéraux, la Suisse est un acteur majeur de la gestion de fortune dans le monde, et une plate-forme du négoce des matières premières. "Un marché d'échange du yuan à toutes ses chances de réussite en Suisse", a estimé Thomas Jordan.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."