Bilan

Les dix plus gros gains boursiers de 2013

Les familles Oeri et Hoffmann, actionnaires de la pharma bâloise Roche, figurent en tête des principaux bénéficiaires des excellents résultats boursiers de 2013.
  • Le palmarès des résultats boursiers de 2013 couronne les familles Oeri et Hoffmann, actionnaires de Roche.

    Crédits: Image: Michele Limina/Keystone
  • 1. Les familles Oeri et Hoffmann (ici Gigi Oeri) ont vu leur capital actions augmenter le plus en Suisse en 2013.

    Crédits: Image: Georgios Kefalas/Keystone
  • Les deux familles détiennent 50,1% des titres de la pharma bâloise Roche.

    Crédits: Image: Georgios Kefalas/Keystone
  • 2. La famille Blocher se retrouve au 2e rang avec 1,6 milliard de gains boursiers pour ses titres.

    Crédits: Image: Walter Bieri/Keystone
  • La famille de l'ancien conseiller fédéral s'appuie sur son entreprise EMS Chemie pour obtenir ces gains.

    Crédits: Image: Arno Balzarini/Keystone
  • 3. La famille Jacobs (ici Andreas Jacobs) complète le podium avec des gains de 1,5 milliard pour le cours de ses titres.

    Crédits: Image: Peter Schneider/Keystone
  • La famille Jacobs détient la majorité du capital de Barry Callebaut...

    Crédits: Image: Alessandro della Bella/Keystone
  • ... mais aussi une très importante participation dans le groupe de recrutement Adecco.

    Crédits: Image: Martin Ruetschi/Keystone
  • 4. Au pied du podium se retrouve la famille Hayek (ici Nick Hayek), avec des gains de 1,4 milliard de francs pour ses titres en 2013.

    Crédits: Image: Peter Klaunzer/Keystone
  • La famille Hayek s'appuie sur son empire du Swatch Group.

    Crédits: Image: Justin Lane/Keystone
  • 5. La famille Landolt (ici Pierre Landolt) se retrouve à la 5e place du classement avec 1,3 milliard de gains boursiers en 2013.

    Crédits: Image: Sandro Campardo/Keystone
  • La famille Landolt tire sa richesse de l'actionnariat du groupe pharmaceutique Novartis.

    Crédits: Image: Keystone
  • 6. Les familles Burkard et Schenker (ici Urs Burkard) ont vu leur capital boursier gagner 1,2 milliard de francs en 2013.

    Crédits: Image: Sika
  • Ces deux familles appuient leur fortune sur l'entreprise Sika.

    Crédits: Image: Gaetan Bally/Keystone
  • 7. La famille Straumann (ici Thomas Straumann à gauche) aurait vu son capital actions gagner 500 millions de francs en 2013.

    Crédits: Image: Steffen Schmidt/Keystone
  • La famille Straumann est notamment présente dans l'actionnariat de la pharma bâloise Actelion.

    Crédits: Image: Georgios Kefalas/Keystone
  • 8. Klaus-Michael Kühne aurait vu ses actions du groupe éponyme grimper de 500 millions de francs en 2013.

    Crédits: Image: Steffen Schmidt/Keystone
  • L'empire logistique Kühne+Nagel s'étend dans 100 pays et emploie 45'000 personnes.

    Crédits: Image: Martin Ruetschi/Keystone
  • 9. Viktor Vekselberg se retrouve en 9e position des plus gros gains boursiers 2013 en Suisse avec 400 millions de francs.

    Crédits: Image: Alessandro della Bella/Keystone
  • L'homme d'affaires russe détient notamment une importante participation dans le groupe Oerlikon.

  • 10. Pour clore ce top 10, Esther Grether (à droite) aurait vu son portefeuille d'actions Swatch gagner 300 millions de francs en 2013.

    Crédits: Image: DR
  • Après la famille Hayek, Esther Grether est la deuxième actionnaire du groupe horloger à figurer dans ce top 10.

    Crédits: Image: Justin Lane/Keystone

Avec +20,5% pour le SMI et +24,8% pour l'indice élargi Swiss Performance, la bourse de Zurich a vécu une année 2013 euphorisante. Ses performances ont été comparables aux gains réalisés par les bourses de Francfort (+23% pour le DAX) et de New York (+23% pour le Dow Jones, +34% pour le Nasdaq). Certes loin du bond extraordinaire du Nikkei (+57%), mais celui-ci a été porté par les actions du gouvernement nippon et la chute du yen.

Les progrès des cours des actions sur les douze mois écoulés ont permis aux actionnaires de voir leur capital davantage valorisé, hors même des distributions de dividendes. Et à ce jeu-là, ce sont les familles Oeri et Hoffmann, actionnaires à 50,1% de la pharma bâloise Roche, qui s'en sortent le mieux: la valeur de leur portefeuille a gagné 4,9 milliards de francs entre janvier et décembre pour atteindre 20,3 milliards de francs. En tenant compte des 500'000 francs de dividendes qu'ils ont touché au printemps dernier, les gains totaux 2013 pour les membres du pool familial d'actionnaires aura touché 5,4 milliards de francs.

Les familles Blocher et Jacobs complètent le podium

La deuxième place conduit plus à l'Est. Après la pharma, place à la chimie avec la famille Blocher et son entreprise EMS Chemie. Les participations familiales au groupe ont gagné 1,6 milliard de francs à la faveur d'une hausse de 50% de la valeur du titre.

Sur la troisième marche du podium se retrouve la famille Jacobs. Ses participations dans le n°1 mondial du cacao Barry Callebaut (50,1%), et dans la société de recrutement Adecco (23% du capital) ont permis d'accroître la valeur du patrimoine d'1,5 milliard de francs à 5,9 milliards pour le portefeuille d'actions de la famille.

Swatch deux fois présent dans le top 10

Le groupe horloger Swatch place deux de ses actionnaires majeurs dans le top 10: la famille Hayek, dont les titres ont gagné 1,4 milliard de francs, et Esther Grether (+300 millions de francs). Autre réussite majeure: le domaine de la pharma. En plus de la première place des familles Oeri et Hoffmann, les familles Landolt (actionnaires de Novartis) et Straumann (actionnaires d'Actelion et Implenia) ont vu la valeur de leurs actions grimper respectivement de 1,3 milliard et 500 millions de francs au cours de l'année écoulée.

Pour compléter le top 10 des plus gros gains boursiers, il faut chercher du côté de la famille Burkard/Schenker (Sika, +1,2 milliard de francs), de Klaus-Michael Kühne (Kühne+Nagel, +500 millions de francs) ou de Viktor Vekselberg (Oerlikon, +400 millions de francs).

Matthieu Hoffstetter
Matthieu Hoffstetter

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Titulaire d'une maîtrise en histoire et d'un Master de journalisme, Matthieu Hoffstetter débute sa carrière en 2004 au sein des Dernières Nouvelles d'Alsace. Pendant plus de huit ans, il va ensuite couvrir l'actualité suisse et transfrontalière à Bâle pour le compte de ce quotidien régional français. En 2013, il rejoint Bilan et se spécialise dans les sujets liés à l'innovation, aux startups, et passe avec plaisir du web au print et inversement. Il contribue également aux suppléments, dont Bilan Luxe. Et réalise des sujets vidéo sur des sujets très variés (tourisme, startups, technologie, luxe).

Du même auteur:

Offshore, Consortium, paradis fiscal: des clefs pour comprendre
RUAG vend sa division Mechanical Engineering

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."