Bilan

Les Espagnols écrivent leur colère sur les billets de banque

Les Espagnols sont exaspérés par les mesures des politiques de rigueur qui leur sont imposées et la situation économique de leur pays. Et c'est sur les billets de banque qu'ils le font savoir en interpellant dirigeants et banquiers.
  • Depuis quelques mois, les Espagnols écrivent leur colère sur les billets de banque. Crédits: Freitext
  • Les manifestants qui protestent contre les politiques d'austérité cherchent toutes les voies pour exprimer leur colère. Crédits: Reuters
  • Les abonnés de Twitter diffusent leurs écrits sur les billets via le réseau social. Crédits: Reuters
  • Dans leur viseur figurent notamment les banques, accusées d'avoir été à l'origine de la crise. Crédits: Reuters
  • Emilio Botin, patron de la banque Santander, est notamment visé par les écrivains des billets de banque. Crédits: Reuters
  • Le premier ministre Mariano Rajoy fait lui aussi figure de cible privilégiée des Espagnols en colère. Crédits: Reuters
Les protestataires ont toujours aimé traduire leur colère par des mots et des écrits: graffitis, tracts, pamphlets,... Pour les Espagnols englués dans la crise et pris à la gorge par les politiques de rigueur, un nouveau support a été trouvé: les billets de banque, comme le rapporte Euronews.

Depuis quelques semaines, la mode s'est répandue dans la péninsule ibérique comme une traînée de poudre: des citoyens en colère ont décidé de prendre leur plume pour apostropher responsables politiques et décideurs économiques sur les billets de banque. Un support symbolique puisque la monnaie est le vecteur des difficultés économiques du pays et de sa population.

Le buzz sur Twitter

Rapidement, la mode est devenue buzz via le réseau social Twitter: les auteurs des premiers messages ont diffusé des photos de leurs billets griffés et d'autres les ont imités.

Principales cibles des écrivains de billets de banque: le gouvernement et les banquiers. Ainsi, Mariano9605 interpelle Emilio Botin, patron de la Banque Santander.



Ce précurseur avait lancé le mouvement dès le printemps 2012. Et il aura fallu plusieurs mois avant que d'autres ne le suivent. Rapidement rassurés sur le fait que leurs écrits ne dépréciaient en rien la monnaie-papier sur laquelle ils lâchaient leur colère.

Humilcor_Boss vise ainsi directement les responsables désignés comme étant à l'origine de la crise: «Les politiciens et les banquiers sont une honte pour la Nation».



A la suite de ces pionniers du mouvement, d'autres comme Raul De La Paz Lama visent nominalement des responsables, dont le président du gouvernement espagnol Mariano Rajoy: «si quelqu’un peut retourner dans le passé et faire en sorte que les parents de Rajoy ne se rencontrent jamais».



D'autres se montrent plus bavards et plus virulents, n'hésitant pas à verser dans l'insulte.

«Ah, chers politiciens et banquiers, comme je suis sûr que ce billet finira entre vos mains, j’en profite pour vous laisser un message privé… Vous êtes des voleurs et des fils de p...», lâche ainsi El Tito Jonan.



Et le mouvement perdure et prend de l'ampleur, avec des messages tantôt injurieux, tantôt politiques. Certains dénoncent ainsi la monnaie qui circule comme étant le fruit de la trahison des dirigeants envers le peuple, ainsi que le fait Dirge for November: «Ce billet est de l’argent sale, s’il vous plaît, ne le laissez pas en circulation».

Matthieu Hoffstetter
Matthieu Hoffstetter

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Titulaire d'une maîtrise en histoire et d'un Master de journalisme, Matthieu Hoffstetter débute sa carrière en 2004 au sein des Dernières Nouvelles d'Alsace. Pendant plus de huit ans, il va ensuite couvrir l'actualité suisse et transfrontalière à Bâle pour le compte de ce quotidien régional français. En 2013, il rejoint Bilan et se spécialise dans les sujets liés à l'innovation, aux startups, et passe avec plaisir du web au print et inversement. Il contribue également aux suppléments, dont Bilan Luxe. Et réalise des sujets vidéo sur des sujets très variés (tourisme, startups, technologie, luxe).

Du même auteur:

Offshore, Consortium, paradis fiscal: des clefs pour comprendre
RUAG vend sa division Mechanical Engineering

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."