Bilan

Les matières premières dans d’autres monnaies que le dollar

Investir dans les matières premières sans l’«effet dollar» intéresse de plus en plus d’intervenants. Désormais, on peut négocier depuis le 18 avril des contrats sur l’énergie directement en euros. Le Chicago Mercantile Exchange (CME) cote des contrats à terme (swap futures) sur le Brent et le gasoil et différents dérivés de pétrole en euros. Leur succès dépendra de leur liquidité, et de leur avantage en termes de coûts par rapport aux swaps de devises, qui permettent déjà de négocier dans d’autres monnaies. «Cela correspond à une tendance qui va se poursuivre, estime Jérôme Berset, analyste chez Palaedino Asset Management à Genève. Il est plus intéressant de traiter certaines matières premières dans une monnaie autre que le dollar à cause des risques sous-jacents liés à la forte baisse de cette monnaie». Palaedino avait lancé début 2011 un indice, le SPM Gold Index, qui mesure le prix de l’or contre un panier de devises excluant le dollar. «On a toujours vu les matières premières vis-à-vis du dollar, et maintenant on commence à les voir vis-à-vis d’autres monnaies. Pour moi, les matières premières sont les véritables monnaies aujourd’hui», estime André Montandon, consultant en matières premières. [MZ]

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."