Bilan

Les prix commencent à dégringoler

A peine 100 millions de francs pour des oeuvres des peintres Francis Bacon, Lucio Fontana et Lucian Freud, alors qu'on en attendait le double. C'est la somme péniblement réunie par Sotheby's, Christie's International et Phillips de Pury & Co, lors des enchères qui se sont déroulées à Londres à la mi-octobre. Pire, chez Christies, près de la moitié des 47 lots n'ont pas trouvé acquéreur. Stoïque, le marchand d'art new-yorkais Alberto Mugrabi a déclaré: «Ce n'était pas bon, mais ce n'était pas dramatique non plus.»

Art chinois

Le marché de l'art subit à son tour les conséquences de la détérioration de la crise financière de cet automne. Le segment de l'art contemporain est le plus susceptible de connaître de fortes corrections. Car ces cinq dernières années, les prix ont quadruplé pour des artistes comme Andy Warhol, Takashi Murakami ou Richard Prince. Les prix s'effondrent aussi du côté de l'art chinois, très en vogue jusqu'ici. Début octobre, Sotheby's n'a recueilli que 12,5 millions lors d'une vente d'art asiatique à Hongkong, alors que la maison en attendait quatre fois plus. Considérée comme l'une des plus importantes foires d'art mondiales derrière Art Basel et Art Basel Miami, la Frieze Art Fair du mois dernier à Londres a enregistré une bonne fréquentation. Mais les visiteurs ont fait preuve de réserve dans leurs achats. Les galeristes doivent maintenant davantage compter sur les institutions et les musées que sur les personnes privées pour faire des acquisitions. Certains experts situent déjà le sommet des prix à la spectaculaire vente aux enchères du Britannique Damien Hirst, réalisée à la mi-septembre. En première mondiale, la rock star de l'art contemporain avait court-circuité le réseau des galeries en vendant directement chez Sotheby's quelque 200 oeuvres pour son propre compte. Les travaux sont partis comme les petits pains pour un montant total de plus de 200 millions de francs. L'expérience a démontré que le marché de l'art met un à deux ans à se réajuster après une crise financière. La question à laquelle personne ne peut répondre aujourd'hui est donc de savoir si l'on s'achemine vers un crash ou un atterrissage en douceur.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."