Bilan

Les solutions pour sécuriser votre cash

Depuis la crise chypriote, les épargnants ont des raisons de craindre pour leurs liquidités. Du coffre-fort aux œuvres d’art, tour d’horizon des placements les plus sûrs.
  • Protéger ses avoirs contre le vol ne signifie pas toujours pouvoir les récupérer en cas de faillite de la banque. Crédits: Mike Agliolo/Corbis
  • Les banques louent des coffres-forts de toutes les tailles, à partir de 100 francs par année. Crédits: Peter Rigaud/Laif/Keystone
  • Les diamants séduisent ceux qui recherchent un investissement à long terme. Crédits: Johnny Green-Pa/Keystone

Le cas du sauvetage de Chypre prouve que tout est possible. Du jour au lendemain, les banques ont fermé leurs portes et les habitants de la petite île n’ont plus eu accès à leurs avoirs. Pire encore, l’une des institutions est liquidée. Les dépôts de moins de 100 000 euros seront transférés dans l’autre grande banque. Un sauvetage provisoire, le second établissement étant aussi malade. Ceux qui ont plus de 100 000 euros risquent en revanche de tout perdre.

Face à cette pratique inédite et brutale, les déposants de toute l’Europe ne savent pas à quel saint se vouer. Du coup, le scénario catastrophe relance la question de comment sécuriser son cash. Car ce qui se passe à Chypre pourrait se reproduire ailleurs. 

Se limiter à 100 000 francs par banque

Que faire de ses liquidités? Une première tentation est de cacher ses deniers sous son matelas. Une pratique que plus d’un individu a exercée pendant les guerres du passé. Or, garder ses avoirs dans sa maison comporte des risques, comme le vol ou la perte en cas de sinistre. Bien sûr, on peut toujours s’acheter un coffre-fort. Il en existe pour tous les prix, de quelques centaines de francs à plusieurs milliers. Mais il reste que cet objet peut être forcé et dévalisé.

Face à ces éventualités, l’argent est plus en sécurité en Suisse dans une banque. Tout d’abord, plusieurs observateurs s’accordent à dire que le pays est protégé et que le risque de défaut d’une banque est faible. Le pire scénario pour le client qui place ses avoirs se réalise si la banque tombe en faillite et entraîne ses économies. Dans une telle procédure, la règle est simple: tout ce qui appartient au bilan est concerné, et tout ce qui est hors bilan ne l’est pas.

Parmi les avantages de laisser ses économies sur un compte, la Confédération helvétique offre une garantie d’Etat limitée à 100 000  francs sur les liquidités par relation bancaire et par banque. Les valeurs garanties peuvent être constituées d’avoirs en compte, d’obligations de caisse libellées au porteur, d’avoirs de prévoyance liée, de dépôts de fondation de libre passage. D’ailleurs, même Chypre garantit un seuil minimal de 100 000 euros. Une solution simple et optimale est de répartir ses avoirs sur plusieurs banques, car la garantie de Berne s’applique à chaque établissement.

Dès lors quelle banque choisir? Pour certains, les petites banques de gestion, car elles n’ont pas d’opération au bilan. Pour d’autres, les banques cantonales, car en plus de la garantie de l’Etat elles ont aussi un soutien de leur canton. Au final, cela dépend du type de besoin du client, s’il souhaite une banque universelle, de proximité ou de gestion. Une fois de plus, le principe de diversification du risque s’applique. La Banque nationale suisse n’accepte que les comptes de virement des banques, mais pas l’argent des particuliers.

A une seule exception près: les avoirs de ses employés. 

Privilégier les titres en dépôts

Comme les titres détenus en dépôts ne figurent pas au bilan de la banque, car ils sont propriétés du client, une option est d’investir ses avoirs dans un actif à faible risque. De nombreux investisseurs ont choisi des obligations de la Confédération à dix ans. Le titre offre un rendement actuel de 0,6%. Les bons du trésor américain (Treasury Bill) représentent aussi une alternative. En cas de faillite de la banque, le client peut demander la restitution de ses titres et les faire transférer à un autre établissement.

Le choix d’un placement fiduciaire est un peu plus risqué, car la banque du client place à un certain horizon temps les fonds dans un autre établissement. Difficile dès lors de garder la main sur ses avoirs s’ils sortent, même provisoirement, de son établissement bancaire.

Louer un coffre-fort

Le département coffres-forts d’une banque permet de mettre à l’abri des valeurs (surtout des bijoux, des papiers-valeurs, des tableaux, de l’or) dans un environnement hautement sécurisé en principe par des murs en béton et des portes blindées. Pour détenir un safe, il faut être client dans la banque et donc être formellement identifié selon la procédure «know your customer». L’espace se loue à l’année, avec une reconduction tacite si le client n’annule pas sa réservation.

Il existe des tarifs différenciés selon les dimensions du coffre et les succursales de la banque. Les prix peuvent donc varier d’une agence à l’autre. A UBS, il existe dix tarifs qui varient entre 100 et 2425  francs pour l’agence de la Bahnhofstrasse de Zurich. La Banque Cantonale de Genève possède 14 types de coffres, dont les prix à l’année varient entre 100  francs hors taxe pour le plus petit dont le volume est inférieur à 11,5  dm³ et 7200  francs pour plus de 1314  dm³. Selon la BCGE, les plus petits modèles sont les plus sollicités par la clientèle.

La procédure pour accéder à ses avoirs est relativement simple. Deux clés permettent d’ouvrir de manière simultanée et manuelle un coffre-fort bancaire, l’une est celle du client, l’autre celle de la banque. Certains modèles proposent une ouverture informatique plutôt que par clé. Souvent la banque offre de garder en dépôt les clés du client. Dans la pratique, le client peut accéder à la salle des coffres pendant les heures d’ouverture de l’entreprise. Il a ensuite accès à un isoloir où il peut consulter ses avoirs en privé.

Contracter une assurance vie

Placer ses capitaux dans une assurance vie constitue une autre idée. Quel type de contrat choisir? «Il s’agit de déterminer avec le futur assuré son profil d’investisseur. Nous devons discuter de rendement maximal, de sécurité, de ses besoins en termes d’investissements, de son objectif à long terme ou d’une solution plus flexible sur le court terme. Ou encore d’un produit de rente viagère», explique Claude Cuany, responsable vente vie individuelle pour la Suisse romande chez Nationale Suisse.

Le client peut choisir le montant de ses primes uniques (au minimum 10 000  francs suisses) ou des primes périodiques. En revanche, il devra respecter une durée de contrat de dix ans selon la loi LIFD (loi fédérale sur l’impôt fédéral direct). L’assurance mixte garantit le capital à l’échéance, avec selon les polices, une prestation en cas d’invalidité et de décès et des avantages en lien avec la fiscalité. «La loi sur la surveillance des entreprises d’assurance du 17 décembre 2004 offre une garantie plus stricte que celle qui s’applique aux banques», estime encore l’assureur.

Investir dans l’immobilier

Les liquidités peuvent servir à acheter une maison ou un appartement. L’objet peut servir pour son usage propre ou pour une location. En termes de rendement, un investissement dans la pierre dépend notamment de la localisation du bien, du type de logement (résidentiel ou commercial). Par exemple, le rendement brut attendu aujourd’hui pour un immeuble de logements est de l’ordre de 4,5% à 5% à Genève.

En revanche, la prudence reste de mise, car actuellement les prix de l’immobilier suisse sont élevés. Il faut rechercher une bonne affaire, sans jamais oublier le facteur clé: la location. Il ne faut pas vouloir acheter à tout prix, car même si l’existence d’une bulle est soumise à controverse, le risque que le marché s’effondre n’est pas exclu.

Acheter des lingots d’or

L’achat de pièces ou de lingots d’or physique reste une valeur sûre grâce à sa protection contre l’inflation. Le cours du métal jaune vient de chuter en dessous de la barre de 1400  dollars l’once, réalisant sa plus forte chute en trente ans (lire ci-contre). Le ralentissement de la croissance chinoise et les informations sur la vente par Chypre de ses réserves propres d’or ont exercé une influence à la baisse sur l’or. Le moment peut s’avérer opportun pour en acquérir, en tablant sur une reprise de son cours.

On peut le stocker dans un coffre à la banque. Et pourquoi pas les faire fondre et en faire un objet décoratif? 

S’offrir des diamants

De tout temps, les diamants et autres pierres précieuses, comme les rubis, les émeraudes et les saphirs, fascinent le public. Et donc réalisent de belles ventes sur le marché. La hausse de la demande et les prix records enregistrés dans les enchères internationales de diamants démontrent bien l’appétit d’une classe fortunée, plutôt en provenance de Russie, du Moyen-Orient, de Chine et de pays d’Asie-Pacifique.

Cet actif de luxe s’adresse à ceux qui recherchent un investissement à long terme. «Un diamant de qualité parfaite pesant 5 carats (soit 1 gramme) coûte aux environs de 700 000  dollars dans le marché primaire», confie Serge Fradkoff, spécialiste du marché des diamants et pierres précieuses. A titre de comparaison, un gramme d’or vaut 45  dollars aujourd’hui. Un diamant de 5 carats affiche donc un prix près de 15 500  fois supérieur à celui de l’or. Cet actif de luxe s’adresse à certains clients relativement fortunés qui recherchent un investissement à long terme.

L’art, les voyages et les vins

Pourquoi ne pas acquérir une toile que l’on accroche dans son salon? En plus d’être visible au quotidien, elle peut se revendre avec à la clé un bénéfice. Un montant de 500 000 francs ou d’un million permet déjà d’acheter un bel objet. Les enchères peuvent révéler des trésors, à condition de savoir acheter de cette manière, soit en salle des ventes, soit sur internet.

Dans la lignée et selon ses goûts, on peut aussi profiter d’investir dans des loisirs en s’offrant des voyages, en acquérant des parts dans un logement de vacances qui donnent droit d’en profiter un certain laps de temps par année. Le monde du vin offre aussi de belles solutions pour les connaisseurs. Une caisse de Château Margaux achetée il y a dix ans a réalisé un gain de près de 300% de sa valeur. Un rendement assez rare pour un actif de nos jours.  

Patricia Meunier

Aucun titre

Lui écrire

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."