Bilan

L’intrigant circuit suisse du controversé Zynecoin

L’humoriste Dieudonné, qui promeut sur la toile la cryptomonnaie zynecoin, a invité des investisseurs à effectuer en toute discrétion des virements sur un compte hébergé au Credit Suisse.

Dieudonné et Karim Benabdelkader, fondateur du Zynecoin.

Crédits: Capture YouTube

Grosse surprise jeudi dernier pour les milliers de détenteurs de zynecoins: la cryptomonnaie, voulue par ses initiants comme la tête de pont de la «première blockchain africaine» n’est pas listée sur la plateforme d’échange LA Token, contrairement à ce qu’annonçait jusqu’au jour même Karim Benabdelkader, fondateur. Un événement très attendu depuis la fermeture de la plateforme IDAX, sur laquelle le jeton était coté depuis le 17 novembre. Avec pour conséquence le blocage de plus d’1,4 million de zynecoins (1 million de francs en valeur nominative) détenus par les investisseurs.

Karim Benabdelkader nous déclarait pourtant jeudi 5 décembre: «Le zynecoin va être coté dans le journée sur LA Token». Le 12 décembre, il nous écrivait vouloir dédommager tous les membres de la communauté zynecoin qui «avaient racheté sur la plateforme, en leur garantissant leurs zynes en cas de défaillance définitive d’IDAX.» Faute de cotation sur une quelconque plateforme à l’heure actuelle, ces zynes ne restent à l’heure actuelle échangeables que de gré à gré.

L’argent afflue, le jeton reste inéchangeable

Il faut dire que le fait que Karim Benabdelkader a été condamné en 2015 à 15 ans d’interdiction d’exercer toute activité commerciale en France suite à une décision du tribunal de commerce de Dijon dans le cadre du dépôt de bilan de sa société pour des faits civils remontants à 2011 n’inspire pas forcément confiance.

Cela étant, ce dernier invoque dans une vidéo une anomalie constatée lors de la vente de 3,46 bitcoins sur la plateforme LA Token: «Nous avons décidé de sursoir à la collaboration avec cette plateforme suite à un certain nombres de questions auxquelles nous n’avons pas obtenu de réponses», détaille l’équipe de Zynecoin.

Fort de sa promesse initiale de réintroduction sur LA Token, L’équipe avait continué à vendre du zynecoin après la fermeture d’IDAX (au prix promotionnel de 0,95 franc). Toutefois, certains observateurs doutent du fait que la date d’introduction du Zynecoin le 5 décembre ait réellement été actée.

Des éléments interrogent notamment Christopher Villegas, CEO de l’exchange français Zebitex, lequel constate: «En général, la plateforme LA Token fait la promotion de ses nouveaux jetons cinq à six jours avant leur introduction, pour générer du volume. Dans le cas présent, on n’a strictement rien vu.» Un soupçon qui semble corroboré par LA Token elle-même, qui clarifie en expliquant que le dossier est analysé, mais suggère qu’aucune décision ferme, encore moins une date de cotation n’a été actée.

Christopher Villegas regarde toutefois avec circonspection cette annonce: «Zynecoin a vraisemblablement eu un accord de principe à un moment de LA token, puisqu’ils ont été pré-listés sur la plateforme, nous avons pu le constater. Mais je sais que LA token a reçu pas mal d’avertissements de la communauté sur le fait que ce jeton était potentiellement un scam, ce qui les a peut-être fait reculer.»

L’équipe du Zynecoin, qui reconnaît «la précipitation qui a suivi l’événement IDAX, d’annoncer l’entrée sur LA token» invoque de son côté des centaines de messages, non de la communauté crypto, mais «d’agents qui pour différentes raisons et depuis sa création ont déclaré une guerre sans merci au projet, utilisant tous les moyens, sans limites éthiques».

Transactions difficilement traçables

Il ne s’agit là que de la dernière péripétie en date d’un projet non conventionnel qui agite et même déchire la toile depuis plusieurs mois. L’ICO, prévente de jetons avant la cotation, a permis, selon les déclarations de Karim Benabdelkader à Bilan, à l’équipe du Zynecoin d’encaisser autour de 3 millions d’euros. Contrairement à ce qui se pratique habituellement l’essentiel des jetons a été acheté par virements bancaires, et même mandats cash par Western Union en début de projet, s’adressant prioritairement à des investisseurs néophytes extérieurs à la sphère crypto.

Une position parfaitement assumée par Karim Benabdelkader: «Nous faisons œuvre pédagogique, avec notamment des tutos pour créer son propre wallet. Nous visons l’émancipation de l’Afrique et non pas le monde crypto traditionnel. Rappelons que plus de 90% des ICO réalisées entre 2017 et 2018 se sont révélés des scams (arnaques). On ne cherche pas à reproduire ce qui s’est passé. Nous délivrons ce que nous annonçons.»

Cyril Lapinte, développeur reconnu de la blockchain genevoise et fondateur de la communauté Devchain, reste dubitatif vis à vis de l’argument: «Le fait d’assurer une transaction en cryptomonnaie via un smart contract garantit la sécurité de la transaction et une traçabilité totale de l’historique. C’est le sens même de l’ICO et du fonctionnement de la blockchain.» Le smart contract est une option existante dans le cas du Zynecoin, mais moins de 1% des achats ont été réalisés en ethers dans les faits, sur les 3 millions d’euros qu’affirme avoir levé l’équipe pour 36 millions de tokens distribués au public à ce jour, «ainsi qu’à des partenaires et influenceurs», selon Karim Benabdelkader.

Quand Dieudonné rabat les investisseurs

Un des soutiens du Zyne semble avoir pesé lourd dans l’impressionnante collecte de fond de l’ICO. Celui de l’humoriste français Dieudonné MBalaMbala, qui a posté sur sa chaine Youtube plusieurs vidéos dans lesquelles il présente le zynecoin et invite ses followers de toute la sphère francophone à investir dedans. En particulier une du 3 août aux côtés de Karim Benabdelkader. Première mention toutefois, une vidéo datée du 23 juillet.


Suite à l’arrivée de Dieudonné, le projet connaît un rapide engouement. De 1500 investisseurs annoncés le 23 juillet par Karim Benabdelkader, le chiffre explose à 4400 entre août et fin octobre. Une percée qui se vérifie dans l’historique des transactions. Durant l’ICO, près de 2000 transactions avaient été réalisées sur les sept mois précédents les vidéos de Dieudonné. Plus de 6700, soit les trois quarts, seront réalisés entre août et novembre.

Dieudonné n’est pas seul influenceur, puisqu’on retrouve également en soutien le vloggeur Jim le Veilleur. Le public peut contacter directement les deux hommes pour investir. Jim le veilleur invite à verser directement l’argent sur le compte de Karim Benabdelkader à Marrakech.

De son côté, Dieudonné a invité les investisseurs à effectuer les virements sur un compte de Credit Suisse, celui d’une société dont le but au registre du commerce est la formation. Une mise en garde étonnante est toutefois prononcée: ne surtout pas évoquer «cryptomonnaie», Zyne ou Zynecoin dans l’ordre de virement, préférer «service d’information pour l’Afrique», selon un échange de mails de septembre que s’est procuré Bilan.

Il s’agit du suivi de la demande d’un simple investisseur potentiel désireux d’acquérir du zynecoin. Virements semi-clandestins? Karim Benabdelkader estime pour sa part que «la société en question a pour raison sociale l’information, la formation et l’éducation en matière de nouvelles technologies, en ce sens elle est tout à fait apte à recevoir les règlements des cotisations du club Wethio qui assure la formation au minage dans le cadre du déploiement prochain de la blockchain Wethio».

L’email de l’équipe du Zynecoin évoque des refus de virements mentionnant les termes proscrits. Contacté la semaine dernière, notamment à propos des virement refusés qui auraient pu interpeller la banque, Credit Suisse n’a pas souhaité commenter, rappelant simplement la non-acceptation de principe des comptes liés à la crypto: «La banque ne peut faire aucun commentaire sur des relations d’affaires réelles ou supposées. En principe la banque n’ouvre pas ou ne maintient pas de relations d’affaires avec des clients dont l’activité principale est en lien avec des cryptomonnaies et prend, si besoin, les mesures nécessaires.»

Le Crédit Suisse aurait-il pris des mesures depuis et gelé le compte? Dans une vidéo datée de dimanche 15 décembre, Karim Benabdelkader déclare que «le compte suisse» (selon ses affirmations dédié au club Wethio) est en «stand-by», car la banque souhaite procéder à des «vérifications».


De fait, le projet phare de l’équipe du Zynecoin, la blockchain Wethio, a largement alimenté les doutes sur la toile. A la publication du code, comme lors du beta test du portefeuille électronique, le public a pu voir une copie extrêmement proche d’un code existant, celui de la blockchain française Tomochain. Seules les dénomination Tomochain dans le code avaient été changés en Zyne. Une copie tellement conforme que l’adresse mail du développeur etienne@tomochain.com avait été changée en etienne@zynecoin.com, ce qui n’a pas manqué de déchaîner les railleries.

D’autant plus que selon Karim Benabdelkader, il s’agit d’un projet chiffré à «1 million». L’homme d’affaire tente de s’expliquer: «Le propre de l’open source est justement de permettre à des tiers de se l’approprier en vue d’améliorer la solution. Tomochain est à ce jour une blockchain non stabilisée, qui n’incorpore pas le protocole spécifique de minage inclus dans le cahier des charges de Wethio. Notre travail de développement répond à ces deux impératifs.» Et d’affirmer: «Le coût d’un million d’euros est largement dépassé à ce jour, au vu des sommes engagées par le développement des différentes interfaces».

L’argument ne semble pas convaincre l’ensemble de la communauté, qui multiplie les mises en garde à l’adresse des investisseurs. De fait, l’équipe et ses soutiens mettent en avant de surprenants arguments ésotériques. A l’image de Jim le veilleur, qui annonce triomphalement dans une vidéo du 19 novembre «la victoire du zynecoin» sur la «putosphère», également qualifiés de cafards (les détracteurs du Zynecoin).

«Ne vendez pas, achetez», exhorte ainsi l’influenceur. «Huit mois qu’on se bat face aux forces des ténèbres… Le projet Zynecoin est protégé par des forces lumineuses… Nous sommes des combattants de lumière», s’emporte-t-il. Le même influenceur annonçait il y a peu le zynecoin «bientôt à plus de 1000 dollars », soit 2000 fois le cours d’introduction.

Quelle suite attendre pour le Zynecoin et ses investisseurs? Karim Benabdelkader l’a promis vendredi, le jeton sera listé «d’ici à la fin de ce mois sur une plateforme du top 10 mondial». Une équipe composée de huit personnes dont deux développeurs back end, deux graphistes et deux développeurs web, serait à l’œuvre selon les affirmations de l’équipe.

Malgré les doutes soulevés par certains analystes, et le fait que le zynecoin -non listé- est toujours très difficilement échangeable par ses détenteurs à ce jour, Karim Benabdelkader réaffirme ses ambitieux objectifs à sa communauté: viser ni plus ni moins que «l’émancipation de l’Afrique», permettre des transferts internationaux sans aucun frais et devenir la première cryptomonnaie à l’horizon 2027. Il fait des marchés suisse et japonais ses futures priorités. Et d’affirmer: «La Suisse est un pays favorable à la cryptomonnaie, qui partage nos valeurs: travail, honnêteté et transparence.»

Joan Plancade
Joan Plancade

JOURNALISTE

Lui écrire

Diplômé du master en management de l’Ecole supérieure de Commerce de Nantes, Joan a exercé pendant sept ans dans le domaine du recrutement, auprès de plusieurs agences de placement en France et en Suisse romande. Collaborateur externe pour Bilan, Il travaille en particulier sur des sujets liés à l’entreprise, l’innovation et l’actualité économique.

Du même auteur:

Les sociétés de conseil rivalisent avec l’IMD
Comment la sécurité se déploie aux frontières entre la France et la Suisse

Bilan vous recommande sur le même sujet

Les derniers Articles Finance

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."