Bilan

Mirabaud, c’est aussi une app

Le banquier privé genevois se lance dans l’édition électronique. Une première, qui montre l’évolution du secteur.

Il y a quinze ans, les banquiers privés genevois ne mettaient même pas leur nom sur leur immeuble. Aujourd’hui, ils lancent des applications iPad. C’est le cas tout du moins de Mirabaud & Cie. La maison a lancé le 1er novembre un magazine sur la tablette numérique d’Apple intitulé Le Mag. Une première pour un banquier privé au vu de l’ambition affichée. L’application gratuite que l’on trouve sur l’App Store se dévore d’ailleurs comme un bel objet multimédia. Films sur les opérations de sponsoring et meilleures adresses des équipes dans les villes où la banque est présente (notamment à Madrid) accompagnent une communication plus classique de l’établissement avec présentation des associés et des produits d’investissement maison. «Nous avons décidé ce lancement cet été, explique Laurent Koutaïssoff, directeur de la communication de la banque. Cela rejoint des envies plus anciennes, celles de montrer à la fois la tradition et la modernité qui coexistent ici.» La banque a en effet effectué un gros travail sur sa marque et son image ces cinq dernières années. Elle a mis le focus sur la voile et la musique classique et a surtout imposé un seul brand – Mirabaud – dans toutes ses activités. Dans l’application iPad, le message passe à travers le CEO/Associé Antonio Palma, qui accueille le visiteur dans un message vidéo bien senti. Une performance quand on sait que les banquiers privés genevois passent habituellement pour être absolument allergiques aux caméras et, pour tout dire, en général plutôt médiocres dans cet exercice.

A Hongkong, des pubs sur les bus

Cette application de très bonne facture, signée Pulp.Alibi pour la création et iStory pour la réalisation, témoigne de l’évolution du métier. Comme l’explique Michel Dérobert, délégué du groupement des banquiers privés genevois, «jusque dans les années 1980, nos membres se sont imposé une retenue totale dans le domaine de la publicité, puis ils ont décidé d’en faire en commun, afin qu’il soit très clair qu’il ne s’agissait pas d’un appel au public». Cette pratique était en effet partiellement interdite par la loi, elle allait alors de pair avec le privilège accordé aux banquiers privés de ne pas publier leurs comptes annuels. Après leur essai en commun, ces derniers «se sont rendu compte qu’il n’y avait pas de danger et ils se sont progressivement mis à faire de la publicité individuelle». Pictet a ouvert les feux et il n’est pas impossible que vous croisiez aujourd’hui un bus à Hongkong recouvert d’une pub pour le premier banquier privé genevois. «Mirabaud s’est aussi ouverte à de nouveaux métiers ces derniers quinze ans, rappelle Laurent Koutaïssoff. L’asset management et l’intermédiation avaient des besoins en communication beaucoup plus poussés que le private banking.» Du coup, les équipes de communication se sont étoffées ces dernières années chez les banquiers privés qui recrutent souvent d’anciens journalistes, comme chez Lombard Odier, et s’ouvrent à l’international. Chez Pictet, par exemple, le chef de la communication depuis mars 2009, Stephen Barber, n’est autre que le frère jumeau du rédacteur en chef du Financial Times, Lionel. L’application iPad de Mirabaud est disponible en quatre langues et se verra dotée régulièrement de nouveaux contenus liés à l’actualité de l’établissement.

Crédit photo: Dr

Stéphane Benoit-Godet

<p>Rédacteur en chef du Temps, (ex-rédacteur en chef de Bilan)</p>

Lui écrire

Depuis le 1er janvier 2015, Stéphane Benoit-Godet dirige la rédaction du quotidien Le Temps. Il était le rédacteur en chef de Bilan de 2006 à 2015. Auparavant, il a travaillé pour les quotidiens La Tribune de Genève et Le Temps 1998-2003), journal dont il a dirigé la rubrique économique (fin 2000 à mi-2003). Juriste de formation, Stéphane a fait ses études en France à l'Université d'Aix-Marseille III. 

 

 

Du même auteur:

«Les concentrations dans la presse ne font que débuter»
Comment la Silicon Valley écrit un nouveau chapitre de l’histoire: les cleantechs

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."