Bilan

Parole de Marc Faber!

La frustration va les pousser à racheter des actions. Et ce bien que l’indice S&P américain ait gagné 78% et les bourses émergentes plus de 100% depuis unan. «Une nouvelle hausse de 20% est probable.»

La politique ultra-accommodante des banques centrales nourrit ce rallye. «Les taux restant à des niveaux proches de zéro, l’argent afflue vers les actifs financiers.» Car les banques peuvent emprunter quasi gratuitement pour spéculer et le cash ne rapporte rien. «Les frais bancaires dépassent ce que paie un compte, ce qui pousse les épargnants à la spéculation.»

Marc Fabermet alors en garde. Comme lors des  précédentes crises (fonds LTCM, bulle techno), la Fed a inondé lesmarchés de liquidité pour contrer l’explosion de la bulle immobilière américaine. Mais le système basé sur la consommation domestique et l’endettement n’a pas été purgé de ses excès. En dernier ressort, le fardeau de la dette a seulement été passé aux Etats. Avant la crise finale? Marc Faber le croit.

Sur la durée, il est persuadé que les pays n’auront d’autres choix que d’imprimer de la monnaie pour rembourser les dettes et que l’inflation grimpera. Lui recommande en priorité les actifs tangibles, de l’or aux produits agricoles. «Lors de la prochaine hausse, je commencerai à allégermes positions en actions.» Un vrai renard.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."