Bilan

Piratage: un mois de détention pour Giroud

Les preuves "suffisantes" contre l'entrepreneur valaisan qui a commandité l’espionnage de journalistes, et les risques de collusion avec ses complices, ont motivé la décision du tribunal.

L'entreprise croît très vite dans les années 2000. Les soupçons de fraude sur l'"empire Giroud" impactent toute l'industrie vigneronne du Valais.

Crédits: Image : DR

Il a voulu protéger son empire, il est désormais sous les verrous. Interpellé et interrogé hier par la police judiciaire, l'encaveur Dominique Giroud doit être détenu provisoirement jusqu'au 14 juillet, selon la décision du Tribunal des mesures de contraintes. Il va de même pour deux de ses complices, un hacker et un détective privé. Le troisième individu impliqué, agent du service de renseignement de la Confédération, restera quand à lui sous les verrous jusqu'au 31 juillet.

L'entrepreneur valaisan et ses coaccusés étaient soupçonnés d'avoir commandité ou participé à l'espionnage d'ordinateurs de deux journalistes, travaillant respectivement pour Le Temps et la RTS. Or, "des indices concrets" laissent à penser que les infractions supposées ont effectivement été commises, explique le tribunal pénal.

Par ailleurs, au cours de leur interrogatoire, les quatre suspects ont produit des discours "incompatibles", selon le Ministère public, notamment en ce qui concerne l'implication du Service de renseignement de la Confédération. La détention provisoire permet donc également d'éviter toute collusion, ou entente mutuelle, entre les prévenus, qui pourrait desservir l'instruction du dossier.

Les accusations portées contre Dominique Giroud, notamment la soustraction de données, est passible de cinq années de prison. Un délit qui s'ajoute à de nombreux imbroglios judiciaires récents pour l'entrepreneur valaisan.

Nombreux démélés judiciaires

Il est poursuivi pour fraude fiscale, l’administration estimant à 13 millions de francs les montants détournés par les sociétés liées au groupe Giroud. Par ailleurs, des révélations récentes remettent en question la qualité même des vins produits par le Valaisan, qui est accusé d’avoir réalisé des assemblages non conformes aux normes en vigueur, et d’avoir commercialisé entre autre du fendant sous l’appellation Saint-Saphorin.

L’interpellation, véritable coup de tonnerre, a fait suite à une enquête de plusieurs semaines. En mars dernier, le rédacteur en chef du Temps avait déjà porté plainte contre X pour « pour «tentative d’intrusion dans l’ordinateur » d’une de ses journalistes. La RTS, a diffusé il y a quelques semaines une enquête détaillée sur le « système Giroud » que le principal intéressé avait tenté de faire interdire. Le documentaire montre l’organisation massive de la fraude fiscale. La chaîne a également porté plainte contre X pour hacking, il y a quelques semaines. Si tous ces faits sont avérés, cela suppose que l’espionnage de journalistes romands était organisé depuis plusieurs mois.

Le SRC nie toute implication

Par ailleurs, l’arrestation d’un membre du Service de renseignement de la Confédération donne à l’affaire une tournure nationale. Le conseiller fédéral Ueli Maurer, chef du département de la défense, aurait été informé ce mercredi de la procédure en cours, par le chef du SRC. Le suspect arrêté a été « libéré de ses fonctions » jusqu’à la fin de l’instruction. Le SRC réfute tout lien avec l’affaire Giroud et affirme n’avoir jamais mandaté un seul de ses collaborateurs sur ce sujet.

 

Camille Andres

JOURNALISTE

Lui écrire

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."