Bilan

Pourquoi UBS a choisi «Cash City»

La banque helvétique va étendre ses activités à Nashville, dans le Tennessee. Plusieurs facteurs expliquent cet intérêt pour la capitale de la musique country aux Etats-Unis.
Le sénateur Lamar Alexander. Etat et Municipalité ont fait des efforts financiers pour attirer UBS. Crédits: Dr

Nashville a désormais son Musée Johnny Cash et sa «UBS Tower». La tour vieillissante dans laquelle la banque suisse va emménager, lors du deuxième trimestre 2014, a été rebaptisée au nom de l’établissement bancaire helvétique. Celui-ci va investir 36,5 millions de dollars et créer 1000 emplois d’ici à cinq ans dans la capitale de la musique country.

Rubicon Equities va s’appuyer sur la présence d’UBS pour transformer un immeuble abandonné il y a trois mois par Regions Bank et racheté pour 14,5 millions de dollars.

«Ce bâtiment était en faillite», explique Douglas Ryan, le vice-président du groupe immobilier CBRE qui a pour mission de louer une tour en grande partie vide. «Rubicon Equities a fait une bonne affaire parce que l’administrateur du bâtiment voulait s’en débarrasser le plus rapidement possible. Le nouvel acquéreur a budgété 30 à 40 millions de dollars pour les rénovations.»

Alors que l’image d’UBS a souffert aux Etats-Unis en raison de ses démêlés avec le fisc américain ces dernières années, la banque helvétique jouit d’une forte cote de popularité à Nashville, une localité où elle emploie déjà 245 salariés.

La création de 1000 emplois sur cinq ans fait des heureux dans la ville de Johnny Cash. A commencer par Karl Dean, le maire de cette cité de 600 000 habitants, qui a salué à la fin août la décision de la banque de créer son centre opérationnel pour les divisions américaines de gestion de fortune et de banque d’investissement.

Le Tennessee et la Municipalité de Nashville ont fait des efforts financiers pour attirer UBS. Bill Hagerty, le responsable du Bureau de promotion économique du Tennessee, confirme que son département va donner 5 millions de dollars à la banque suisse. Le Conseil municipal de Nashville a aussi décidé de payer à UBS 500 dollars par an pour chaque emploi créé jusqu’à un plafond de 2,5 millions de dollars. La banque pourrait aussi bénécier d’une aide financière à la formation.

Ces sommes viennent s’ajouter aux avantages fiscaux dont va bénéficier UBS dans le Tennessee. L’Etat, d’où est originaire l’ancien vice-président Al Gore, offre un crédit d’impôt de 4500 dollars pour chaque nouvel emploi : «Ces avantages fiscaux jouent un rôle mineur dans la décision d’UBS de s’agrandir à Nashville, souligne Bill Hagerty.

La qualité de la formation et de la vie ici a été beaucoup plus importante. Le salaire moyen des emplois créés par UBS à Nashville sera de 52 000  dollars à l’année. Dans le Tennessee, ce montant vous assure une très bonne qualité de vie, pas à New York.»

UBS ne créera pas 1000 nouveaux emplois en accroissant sa présence à Nashville. Certains postes seront transférés de New York, du New Jersey et du Connecticut. Malgré cela, à la Chambre du commerce de Nashville, on ne cache pas sa joie d’avoir prévalu face à «la forte concurrence» pendant le long appel d’offres. «Le coût pour faire des affaires à Nashville est au-dessous de la moyenne américaine», précise Janet Miller, la responsable du développement économique à la Chambre du commerce de Nashville. «Alors qu’à New York il est clairement au-dessus.»

Sous haute influence

UBS soigne aussi ses relations. Bob Corker, le sénateur républicain du Tennessee, est l’un des acteurs les plus influents du comité sur les banques au Sénat. Selon le site OpenSecrets.org, il a été le cinquième plus gros bénéficiaire des contributions financières d’UBS à des politiciens américains en 2011-2012, avec 23 450  dollars.

Sur sa déclaration d’impôt de 2011, le parlementaire conservateur indiquait posséder entre 5 et 25 millions de dollars sur un compte UBS. Un an plus tard, le solde sur ce compte était néanmoins inférieur à 1000  dollars. Fin août, Bob Corker a «remercié UBS et ses employés pour l’engagement en faveur de Nashville» et les a «félicités pour leur succès».

Une fois la banque suisse installée dans l’«UBS Tower», celle-ci sera occupée à 40%. Mais Douglas Ryan estime que le taux d’occupation atteindra les 100% d’ici à «dix-huit à vingt-quatre mois» grâce à la présence d’UBS. L’agent immobilier souligne que la banque suisse a obtenu un loyer «avantageux», car l’«UBS Tower» est pour l’instant considérée comme un objet immobilier de catégorie B.

Dans ce genre de bâtiment à Nashville, le loyer annuel tourne autour de 21,50 dollars par square foot (0,092 m2), soit l’équivalent de 2,1 millions de dollars environ pour la surface de 9105  m2 que louera UBS. La banque suisse a néanmoins obtenu un prix encore inférieur à celui du marché. 

A noter que selon une étude du groupe immobilier Cassidy Turley, les loyers à New York sont en moyenne 2,5 fois plus élevés qu’à Nashville.

Jean-Cosme Delaloye

Aucun titre

Lui écrire

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."