Bilan

Regain d’intérêt pour les banques

Malgré les craintes de procès qui pèsent sur quelques établissements, d’autres offrent de belles opportunités aux investisseurs, comme Deutsche Bank.
Les analystes recommandent de miser sur les banques d’investissement, telle Deutsche Bank. Crédits: Dr

Les nouvelles dans le secteur bancaire ne cessent de tomber ces dernières semaines. Certaines sont négatives, à l’instar des enquêtes en cours sur UBS et des soupçons de manipulation des cours de devises – qui toucheraient aussi plusieurs établissements suisses.

Mais d’autres banques se voient portées par un mouvement de consolidation qui s’est fortement accru depuis le début de l’année. Selon une étude de PricewaterhouseCoopers (PwC), les fusions et acquisitions dans le secteur financier européen (banque, gestion d’actifs et assurance) ont bondi de 90% sur le premier semestre 2013, représentant environ 42 milliards d’euros.

En Suisse, Swissquote Bank, qui a annoncé il y a trois semaines le rachat de MIG Bank, envisagerait d’autres acquisitions. Le cours de l’action de la société glandoise, devenue l’un des plus importants fournisseurs de services Forex, a bondi pour dépasser les 36  francs au début octobre.

A contrario, GE Money Bank (Suisse), actuellement propriété de GE Capital, ne trouve pas d’acquéreur, comme l’a rapporté l’ATS. Elle envisagerait donc d’entrer à la Bourse suisse d’ici à ces prochains mois.

L’autre raison d’être optimiste sur ce secteur vient des Etats-Unis. En effet, selon Credit Suisse, la décision de la Réserve fédérale américaine de ne pas réduire son programme d’achat d’actifs favoriserait davantage le secteur financier et offrirait ainsi aux investisseurs d’intéressantes opportunités.

Dans cette optique, les analystes recommandent en particulier les banques d’investissement, et plus précisément celles dont une grande partie de leurs revenus provient des obligations, des devises et des matières premières, comme Citigroup, Deutsche Bank, Goldman Sachs et BNP Paribas (voir ci-dessous).

Par ailleurs, Credit Suisse a constaté que les marchés asiatiques ont bénéficié de la décision de la Fed en réduisant la pression qui pesait sur eux. Les actions des compagnies qui sont exposées dans les marchés émergents pourraient bien performer à court terme. La banque recommande d’investir dans les banques globales et aussi dans la compagnie Visa (Code V.N).

Vigueur retrouvée

Depuis quelques mois, les indices bancaires performent bien. Le DJ Stoxx 600 Banks a rebondi depuis le début de l’été. Selon les professionnels du marché, cette tendance haussière devrait se poursuivre sans trop de difficulté en direction des 200  points d’ici à la fin de l’année.

Une performance identique est constatée sur l’Euro Stoxx Banks qui a cassé la barre des 128  points, le plus haut niveau ayant été atteint en début 2013. 

Conseil nº1

Deutsche Bank

Code: DBKGn. DE

Cours: 33,91 euros

Objectif: 37 euros

Environ les deux tiers des revenus sont générés par les obligations, les devises et les matières premières. De plus, la banque pourra bénéficier de la croissance économique en Allemagne. Le CS a récemment relevé son objectif de cours à 37 euros, les autres analystes tablent plutôt sur 41 euros.

Conseil nº2

Goldman Sachs

Code: GS.N

Cours: 153,10 dollars

Objectif: 166,50 dollars

Le 19 septembre, Credit Suisse a revu à la hausse sa recommandation en passant l’action de conserver à acheter. A fin septembre, la banque d’investissement a fait son entrée dans le célèbre indice américain Dow Jones, en remplacement de Bank of America.

Conseil nº3

BNP Paribas

Code: BNPP.PA

Cours: 50,55 euros

Objectif: 56 euros

Credit Suisse estime que la banque française sera bien soutenue, notamment grâce à la force de son département de dérivés. Nomura est elle aussi confiante sur la solidité du groupe. BNP Paribas serait en lice pour un rachat éventuel de la banque polonaise BGZ selon Reuters.

Conseil nº4

Citigroup

Code: C.N

Cours: 47,67 dollars

Objectif: 60 dollars

Citigroup est la banque américaine avec la plus forte exposition aux marchés dits en croissance. Environ 40% du chiffre d’affaires est généré en Asie et en Amérique latine. Plus des trois quarts du volume des transactions proviennent des obligations, des devises et des matières premières.

Nathalie Praz

Aucun titre

Lui écrire

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."