Bilan

Tony Blair a gagné 13 millions de livres en 2013

L'ancien Premier ministre britannique Tony Blair peut se réjouir: l'année 2013 a vu les revenus de ses sociétés atteindre des records. Sur l'exercice écoulé, les deux holdings qui gèrent ses activités et ses fonds ont généré 13 millions de livres Sterling.
  • Tony Blair a réussi de main de maître la transition entre sa vie politique et sa carrière économique.

    Crédits: Image: Andrew Burton/AFP
  • Depuis sa démission du poste de Premier ministre, Tony Blair dispense ses conseils aux dirigeants du monde entier, voyageant tout au long de l'année à bord d'un avion d'une valeur de 30 millions de livres affrété sur le long terme.

    Crédits: Image: AFP
  • Le Zurich Insurance Group est l'un des clients privés de Tony Blair: le groupe suisse bénéficie des conseils de l'ancien élu anglais.

    Crédits: Image: Keystone
  • Autre prestigieux client de Tony Blair: la banque américaine JP Morgan.

    Crédits: Image: Stan Honda/AFP
  • Voici quelques mois, Tony Blair a réglé un différend entre Glencore Xstrata et le Qatar. Il aurait touché un million de dollars pour cette mission.

    Crédits: Image: Sigi Tischler/Keystone

Six ans après son départ du 10, Downing Street, Tony Blair n'est pas à la retraite. L'ancien Premier ministre britannique s'est reconverti dans le conseil et la finance. Et les résultats des deux holdings à travers lesquelles il gère ses activités ont de quoi valider ses choix: Windrush Ventures Limited et Firerush Ventures Limited ont généré 13 millions de livres Sterling de revenus sur le dernier exercice.

En 2007, à peine avait-il transmis le flambeau à son partenaire Gordon Brown que Tony Blair posait les bases de sa reconversion: deux sociétés destinées à gérer l'une ses activités de conseil aux gouvernements nationaux et régionaux, l'autre ses revenus générés par les rétributions des sociétés privées pour lesquelles il prodigue ses avis; le tout chapeauté par la société Tony Blair Associates.

Comptes positifs pour ses deux sociétés

La première, Windrush Ventures Limited, a pour vocation de manager ses activités de consultant et de conférencier. Sollicité par de nombreux élus et dirigeants de la planète, Tony Blair parcourt la Terre à bord d'un jet privé (d'une valeur de 30 millions de livres) affrété sur le long terme. Parmi les clients qui bénéficient de son expertise (plus de dix ans à la tête du gouvernement britannique) figurent aussi bien des assemblées et des élus régionaux européens élus démocratiquement que des dirigeants bien moins fréquentables, comme Nursultan Nazarbayev, président du Kazakhstan.

Windrush Ventures Limited emploie 35 personnes (pour une masse salariale de 3 millions de livres) et a réalisé un chiffre d'affaires de 14,9 millions de livres lors de l'exercice clos le 1er avril 2013 et dont les comptes ont été récemment déposés au registre londonien du commerce. Après impôt, le bénéfice s'est élevé à 2 millions de livres, soit 650'000£ de plus que l'année précédente.

De son côté, Firerush Ventures Limited est une plus petite société. De par sa taille réduite, elle n'a pas dû détailler aussi précisément son activité et ses résultats. Mais il ressort des comptes déposés récemment que la trésorerie de l'entreprise est passée de 1,2 million de livres au 1er avril 2012 à 4,6 millions de livres au 1er avril 2013.

Ses émoluments ne sont pas négligeables non plus: le tarif moyen des conférences qu'il donne régulièrement se chiffre à 300'000£, et le quotidien britannique Daily Mail révélait récemment qu'il avait touché la coquette somme d'un million de dollars pour avoir débloqué un contentieux entre le Qatar et le géant anglo-suisse des matières premières Glencore Xstrata. Quelques mois plus tôt, un discours de 2h30 aux Philippines avait été facturé 400'000£ aux organisateurs.

Conseiller pour JP Morgan et Zurich Insurance Group

En plus de ces services ponctuels, Tony Blair conseille également régulièrement une série de sociétés importantes. Parmi ses clients figurent notamment JPMorgan ou encore l'assureur Zurich Insurance Group.

Pour mener à bien ces différentes missions, l'ex-Premier ministre a su s'entourer: Windrush est dirigée par un duo réunissant Catherine Rimmer, l'une de ses plus proches collaboratrices du temps où il occupait la tête du gouvernement britannique, et David Lyon, un ancien de la banque d'investissement Barclays, recruté en 2012 dans le but affiché de «faire grandir et développer» les activités business de Tony Blair.

Grâce à cet éventail de casquettes et d'activités, la fortune de celui qui a révolutionné le Labour atteindrait aujourd'hui la coquette somme de 70 millions de livres, selon la presse britannique.

Du côté du principal intéressé, le discours sur les revenus 2013 est rodé: les gains de l'année écoulée sont certes importants, mais destinés à couvrir les coûts des activités des sociétés et à être réinvestis. Ils ne peuvent donc pas être vus comme des revenus personnels de Tony Blair. Un porte-parole de Windrush précise tout de même que «Tony Blair reste un contribuable britannique et s'acquitte intégralement de ses impôts sur les revenus touchés partout à travers le monde».

Matthieu Hoffstetter
Matthieu Hoffstetter

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Titulaire d'une maîtrise en histoire et d'un Master de journalisme, Matthieu Hoffstetter débute sa carrière en 2004 au sein des Dernières Nouvelles d'Alsace. Pendant plus de huit ans, il va ensuite couvrir l'actualité suisse et transfrontalière à Bâle pour le compte de ce quotidien régional français. En 2013, il rejoint Bilan et se spécialise dans les sujets liés à l'innovation, aux startups, et passe avec plaisir du web au print et inversement. Il contribue également aux suppléments, dont Bilan Luxe. Et réalise des sujets vidéo sur des sujets très variés (tourisme, startups, technologie, luxe).

Du même auteur:

Offshore, Consortium, paradis fiscal: des clefs pour comprendre
RUAG vend sa division Mechanical Engineering

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."