Bilan

Tout ce qui est d’or ne brille pas….

Avec la correction récente des prix des matières premières et des sociétés minières à ses plus bas annuels, il est peut-être temps de se réintéresser à ce secteur.
Les métaux précieux, comme l’or, pourraient redevenir des valeurs refuges si les incertitudes économiques réapparaissent. Crédits: Dr

Il y a encore six mois, la crise de la dette et les incertitudes liées au budget américain semblaient promettre des jours radieux aux métaux précieux, confortés dans leur rôle de valeur refuge. Cependant, l’accalmie observée et la faiblesse de la demande industrielle ont fait replonger les cours sur leurs plus bas annuels avec une once d’or en dessous de 1600 dollars et un argent métal en dessous de 29 dollars.  

Aveuglées par les prévisions euphoriques, les sociétés minières avaient surtout misé sur des hausses de production en acquérant des mines à faible teneur, qui ne sont rentables qu’avec des niveaux de prix élevés. Elles ont dû revoir leur copie, sous la pression des investisseurs, en privilégiant désormais la rentabilité et le retour sur investissement.

Avec des budgets tablant sur une once d’or à 1500 dollars et d’argent autour de 28  dollars, elles sont revenues à la raison tout en gardant un potentiel dans le cas où les cours repartiraient à la hausse. 

Ce changement de stratégie aura fait quelques victimes de marque parmi les directeurs de multinationales minières. Après Anglo American (AAL), BHP Billiton (BLT), Kinross (KGC), Newmont (NEM), c’est au tour de Rio Tinto (RIO) de sanctionner son président pour ses acquisitions, payées au prix fort, qui s’avèrent bien moins rentables que prévu et pénalisent les résultats par leurs dépréciations. Du côté des analystes du secteur, les dégradations pleuvent.

Mais on oublie un peu vite que si ces acquisitions présentent une rentabilité décevante sur le court terme, elles pourraient offrir un très bon levier en cas de reprise des cours des métaux précieux. Il est donc fort probable qu’une fois les ajustements effectués, si l’once d’or se maintient au-dessus de 1500 dollars un effet de rattrapage intervienne. Sur la même voie, on peut citer Barrick Gold (ABX) ainsi que New Gold (NGD), elles aussi victimes de cette vague de dépréciation.

Parmi des titres plus spéculatifs, on peut mentionner Lake Shore Gold (LSG) ou Claude Resources (CRJ) qui offriraient  un bon potentiel en cas de reprise. La canadienne Silver Wheaton (SLW), quant à elle, demeure une bonne alternative à l’achat de l’argent métal en surperformant historiquement celui-ci. 

En conclusion, il est peut-être temps d’investir dans les métaux précieux qui pourraient retrouver leur lustre de valeur refuge si les incertitudes économiques réapparaissaient. Si tel ne devait pas être le cas, une reprise économique devrait aussi dynamiser ce marché surtout en Asie, où la Chine et l’Inde absorbent déjà 55% de la production mondiale.

Conseil nº1

Barrick Gold 

Code: ABX

Cours: 31,5 CAD

Objectif: 35 CAD (+11%)

Suite à sa perte de 3 milliards de dollars en 2012, le leader canadien du marché de l’or a stoppé sa stratégie d’expansion à tout va. Si la société se recentre sur ses activités rentables, elle devrait rapidement retrouver les chiffres noirs et générer à nouveau des montagnes de cash.

Conseil nº2

Silver Wheaton 

Code: SLW

Cours: 33 CAD

Objectif: 38 CAD (+15%)

La société canadienne spécialiste de l’argent n’a pas cédé aux sirènes de l’expansion. Elle continue d’offrir un bon rendement proche de 5% et ses concurrents s’inspirent de ses méthodes. Avec des prix fixes sur l’argent qu’elle extrait, elle profite à plein des mouvements sur le métal.


Conseil nº3

Lake Shore Gold 

Code: LSG

Cours: 0,64 CAD

Objectif: 1 CAD (+56%) 

Cette très petite mine d’or canadienne, active sur des lacs ontariens, a réussi à augmenter sa production de 25% en 2012. L’année en cours pourrait marquer un tournant lui permettant enfin d’atteindre une rentabilité durable même si le pari est hautement risqué.

Conseil nº4

Claude Resources 

Code: CRJ

Cours: 0,44 CAD

Objectif: 0,9 CAD (+100%)

La minuscule mine d’or canadienne semble enfin enrayer deux ans de chute. Avec des coûts de production très élevés, la société a besoin d’un cours du métal jaune élevé. Son titre, extrêmement spéculatif et peu liquide, pourrait exploser si l’once d’or s’approche de 2000 dollars. 

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."