Bilan

UBS et Credit Suisse, un modèle à repenser?

Sergio Ermotti (à.g) et Brady Dougan Les deux banques restent trop investies sur le marché américain, porteur de risques et de pertes élevés pour elles.

Perte de 640 millions de francs au quatrième trimestre, litige fiscal aux Etats-Unis (provisionné à hauteur de 300 millions), plaintes liées au marché hypothécaire américain. Credit Suisse a créé la surprise, le 9 février, en annonçant ces mauvais chiffres et les nombreuses provisions qu’elle doit prendre sur le marché américain. Deux jours avant, UBS annonçait une chute de 76% de son bénéfice du quatrième trimestre, et une banque d’affaires également dans le rouge. Aucune activité américaine de ces deux banques n’est rentable sur la durée. Fin 2011, les deux banques annonçaient chacune 3500 suppressions de postes, à peine trois ans après le sauvetage d’UBS et les injections massives des banques centrales au profit du secteur. Quant à leurs divisions de gestion de fortune, elles attirent aujourd’hui moins du tiers des montants récoltés avant 2008. Désormais, les deux groupes se voient incités à réduire considérablement la voilure de leurs banques d’affaires, pour s’adapter à la nouvelle donne réglementaire (Bâle III). On se dirige vers un modèle de banques de gestion adossées à une annexe de banque d’affaires, au service des clients haut de gamme du private banking. Pourtant, ces établissements ne juraient encore récemment que par leur «modèle intégré». A l’heure du bilan, le concept de «one bank», adopté au début des années 2000 par UBS et Credit Suisse, n’a clairement pas fait recette. Il impliquait que la gestion de fortune et la banque d’affaires s’interpénètrent au maximum, attirant des grands entrepreneurs vers la gestion privée, et offrant aux clients privés les services de la banque d’affaires. Même la crise subprime, qui a coûté à UBS 35 milliards de pertes cumulées entre 2007 et 2009, n’a pas eu raison de l’attachement du management à ce modèle. En effet, alors que la banque devait uniquement sa survie au sauvetage de la BNS (Stabfund), son CEO d’alors, Oswald Grübel, a réitéré sa confiance dans le modèle intégré jusqu’à son départ en septembre dernier. Même discours chez Credit Suisse, avec la force convaincante d’un Brady Dougan légitimé à défendre un modèle admirablement préservé malgré la tempête des subprimes. Mais en 2009 déjà, alors que les banques d’affaires des deux groupes étaient encore déficitaires (UBS) ou très affaiblies (Credit Suisse), des attaques sans précédent venaient frapper, cette fois, leur gestion de fortune. Coup sur coup, UBS livrait 250, puis 4500 noms de clients aux Etats-Unis; et la Suisse adoptait le standard OCDE en matière d’échange d’informations fiscales, mettant fin à son secret bancaire international. En 2011, c’était au tour de Credit Suisse d’entamer des négociations avec la justice américaine.

L’eldorado asiatique

Face à leurs malheurs américains, UBS et Credit Suisse ont eu plus de chance en Asie. En 2011, les afflux d’avoirs frais récoltés par UBS proviennent essentiellement de la clientèle Asie-Pacifique et des pays émergents. Pour les deux établissements, l’Asie et les autres pays émergents sont un eldorado clairement sous-investi. Aux clients des nouveaux pays riches, UBS et Credit Suisse sont bien placées pour proposer des juridictions plus compétitives que la Suisse, jouissant des atouts de confidentia-lité anglo-saxonne et asiatique, désormais supérieurs. A ce jour, trop d’investissements en infrastructure et en salaires restent concentrés sur les Etats-Unis, un marché où les deux grandes banques sont déficitaires sur les dix à quinze ans écoulés. Sans le marché américain, le modèle intégré aurait pu faire sens, car il n’aurait pas été déséquilibré par les pertes excessives de marché, qui sont indirectement responsables du durcissement des règles de fonds propres (Bâle III), ni par le coût des graves litiges fiscaux américains, directement dommageables au modèle suisse de gestion de fortune.

Crédit photo: Keystone

Zaki Myret
Myret Zaki

RÉDACTRICE EN CHEF DE BILAN de 2014 à 2019

Lui écrire

En 1997, Myret Zaki fait ses débuts dans la banque privée genevoise Lombard Odier Darier Hentsch & Cie. Puis, dès 2001, elle dirige les pages et suppléments financiers du quotidien Le Temps. En octobre 2008, elle publie son premier ouvrage, "UBS, les dessous d'un scandale", qui raconte comment la banque suisse est mise en difficulté par les autorités américaines dans plusieurs affaires d'évasion fiscale aux États-Unis et surtout par la crise des subprimes. Elle obtient le prix de Journaliste Suisse 2008 de Schweizer Journalist. En janvier 2010, Myret devient rédactrice en chef adjointe du magazine Bilan. Cette année-là, elle publie "Le Secret bancaire est mort, vive l'évasion fiscale" où elle expose la guerre économique qui a mené la Suisse à abandonner son secret bancaire. En 2011, elle publie "La fin du dollar" qui prédit la fin de la monnaie américaine à cause de sa dévaluation prolongée et de la dérive monétaire de la Réserve fédérale. En 2014, Myret est nommée rédactrice en chef de Bilan. Elle quitte ce poste en mai 2019.

Du même auteur:

L'INSEAD délivre 40% de MBA en Asie
La bombe de la dette sera-t-elle désamorcée ?

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."