Bilan

UBS juge peu probable le scénario du pire pour Credit Suisse aux USA

Dans le conflit fiscal qui oppose Credit Suisse aux autorités américaines, UBS estime la banque capable de rebondir après le règlement du litige.

Le principal pour Credit Suisse, rappelle UBS, est de tourner le volet américain de ses problèmes juridiques. Les scandales de manipulations du Libor et des marchés des changes constituent des défis de second plan.

Crédits: Keystone

UBS estime supportables les conséquences potentielles pour Credit Suisse du conflit fiscal avec les Etats-Unis. Le numéro un bancaire helvétique juge "peu vraisemblable" que la situation ne se dégrade en spirale négative (hémorragie de fonds de clients, dégradation de la situation financière...), comme cela s'est produit pour divers établissements au plus fort de la crise financière.

Reste que la perte de capitalisation (quelque 2 mrd CHF depuis début mai), plus importante que les estimations de provisions ou d'amendes, indique que le marché s'attend à des répercussions négatives sur les affaires de Credit Suisse.

Actuellement, les réserves constituées de 800 mio USD pour le règlement du conflit se montent à la moitié du montant estimé de l'amende à venir. Le doublement de cette provision devrait peser de 20 points de base sur le taux de fonds propres (CET1) de la seconde banque du pays.

Le principal pour Credit Suisse, rappelle UBS, est de tourner le volet américain de ses problèmes juridiques. Les scandales de manipulations du Libor et des marchés des changes constituent des défis de second plan. UBS maintient la recommandation "buy" assortie d'un objectif de cours de 33,50 CHF. Mardi soir, l'action Credit Suisse a clôturé à 26,31 CHF.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."