Bilan

UBS rachète à la BNS ses anciens avoirs toxiques

Le contrat entre UBS et la BNS est signé en vue du rachat du fonds de stabilisation (StabFund), contenant les anciens avoirs toxiques. Le prix d'acquisition s'élève à 3,762 milliards de dollars (près de 3,5 milliards de francs).
Crédits: ARCHIVES - PHOTOMONTAGE

L’épisode du fonds de stabilisation créé par la Banque nationale suisse (BNS) pour aider UBS à sortir du piège des subprime américains est clos. Le numéro un bancaire helvétique a signé le contrat en vue du rachat du StabFund pour un prix de 3,762 milliards de dollars (près de 3,5 milliards de francs).

La nouvelle tombée vendredi était attendue depuis l’annonce faite le 16 août par la BNS. L’institut d’émission monétaire avait alors indiqué que plus rien ne s’opposait au rachat par UBS d’une partie des capitaux du fonds de stabilisation, dans la mesure où celui-ci avait remboursé l’intégralité du prêt consenti par la BNS.

Influence positive sur le résultat de la BNS

Seuls le moment et le prix de la transaction restaient encore à déterminer. C’est désormais chose faite. UBS a en effet signé pas plus tard que jeudi le contrat ad hoc pour un prix d’acquisition représentant un montant de 3,45 milliards de francs au cours de change de vendredi.

La somme sera versée à la BNS et influera positivement sur le résultat de celle-ci en 2013. Elle correspond à la part, fixé contractuellement, qui revient à la banque centrale dans les fonds propres du StabFund au 30 septembre. Pour mémoire, la BNS a inscrit une perte de 6,4 milliards de francs après neuf mois cette année.

Sur le total des fonds propres, le premier milliard revient à l’institut d’émission monétaire. Ensuite, le solde est réparti pour moitié entre les deux parties, a rappelé la BNS dans un communiqué publié en prélude à une conférence de presse de son président Thomas Jordan.

Le fonds de stabilisation avait été créé en octobre 2008 dans le cadre du plan de sauvetage d’UBS, alors au bord de la faillite, après avoir essuyé des pertes abyssales dans la crise des subprime aux Etats-Unis. Le fonds avait repris des actifs illiquides de la grande banque à hauteur de 38,7 milliards de dollars.

Changement dans l’organisation

De son côté, la Confédération avait souscrit un emprunt à conversion obligatoire pour 6 milliards de francs. En août 2009, elle revendait déjà ses actions en réalisant au passage un gain net de quelque 1,2 milliard, l’engagement de l’Etat central rapportant au final de l’argent dans les caisses publiques.

Le bouclement de l’opération StabFund implique par ailleurs un changement d’organisation de la BNS. Celle-ci cessera dès la fin de l’exercice en cours de fonctionner comme un groupe, organisation qui prévalait avec la création du fonds de stabilisation. Du coup, la banque centrale ne présentera plus de comptes consolidés.

Jean-Claude Meier

Aucun titre

Lui écrire

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."