Bilan

Un joyau de la Couronne de France aux enchères à Genève en novembre

La broche en diamant du 19ème siècle est estimée entre 2 et 3 millions de dollars. "Il est rarissime qu'une pièce provenant de cette collection apparaisse sur le marché", écrit la maison d'enchères Christie's.

Appelée "Feuilles de Groseillier", la broche a été commandée en 1855 par l'impératrice Eugénie. Deux fois par an, des ventes de haute-joaillerie sont organisées à Genève par les deux maisons concurrentes Sotheby's et Christie's, qui rivalisent à chaque fois entre elles, en présentant des pièces exceptionnelles.

Crédits: DR

Une broche en diamants, issue des joyaux de la Couronne de France et ayant appartenu à l'impératrice Eugénie, sera mise aux enchères par la maison Christie's le 11 novembre prochain à Genève, selon un communiqué publié mercredi.

Selon Christie's, cette broche, appelée "Feuilles de Groseillier", est estimée entre 2 et 3 millions de dollars.

"Très peu de bijoux de la Couronne de France ont survécu jusqu'à nos jours, et il est rarissime qu'une pièce provenant de cette collection apparaisse sur le marché", écrit la maison d'enchères.

Cette broche a été commandée en 1855 par l'impératrice Eugénie à la Maison Bapst, joailliers attitrés de la Couronne de France.

Formée de 3 feuilles de groseillier, cette pièce est pavée de diamants de taille ancienne et sertie au centre d'un diamant de forme coussin plus important. En outre, elle est ornée de trois pampilles mobiles et graciles en diamants.

En 1870, au moment de la chute du Second Empire, l'impératrice Eugénie a suivi son mari Napoléon III en exil en Angleterre, abandonnant à Paris l'essentiel de sa collection de bijoux.

Dix-sept ans après, en 1887, le gouvernement français de l'époque a vendu des objets appartenant à la Couronne de France aux enchères, dont des joyaux.

La broche Feuilles de Groseillier a été achetée par le joaillier américain Tiffany&Co, qui a emporté le plus grand nombre de lots lors de cette vente historique.

En 1936, cette broche a été offerte par le Metropolitan Opera de New York à la célèbre cantatrice Lucrezia Bori (1887-1960). Dans son testament, la diva a légué la broche au Metropolitan Opera, où elle a été gardée jusqu'à ce jour.

Deux fois par an, en mai et en novembre, des ventes de haute-joaillerie sont organisées à Genève par les deux maisons concurrentes Sotheby's et Christie's, qui rivalisent à chaque fois entre elles, en présentant des pièces exceptionnelles à l'encan.

La maison Christie's mettra également en vente le 11 novembre deux bijoux ayant appartenu à la Duchesse de Windsor et achetés par un compositeur anglais de comédies musicales, Lord Andrew Lloyd Webber pour les offrir à son épouse d'alors, la soprano Sarah Brightman. Lord Webber a acheté ces bijoux lors de la vente aux enchères des bijoux de la Duchesse de Windsor en 1987 à Genève, pour fêter avec Sarah Brightman le succès de la comédie musicale le Fantôme de l'Opéra, qu'il a composée et où elle tenait le rôle titre.

Il s'agit d'une broche et d'un bracelet de la collection Tigres de Cartier, vendus en un seul lots pour une estimation comprise entre 1,8 et 2,5 millions de dollars.

Sotheby's a de son côté annoncé la vente le 12 novembre à Genève de plusieurs pièces issues de la collection de l'homme d'affaires Dimitri Mavrommatis, estimées au total à quelque 20 millions de dollars.

La pièce maîtresse de cette collection est un rubis monté en bague, appelé "Graff Ruby", acquis en 2006 par le joaillier Graff pour 3,6 millions de dollars.

Ce joaillier l'a ensuite vendu à Dimitri Mavrommatis pour un montant non divulgué.

Cette pièce est vendue avec une estimation comprise entre 6,8 et 9 millions de dollars.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."