Bilan

Vive le réchauffement!

L’Audi TT RS cabriolet est une voiture d’égoïste: peu de place pour un passager ou des bagages, et surtout l’envie d’être toujours en été.

  • Crédits: Dr
  • Crédits: Dr

Avec un titre pareil, je suis pratiquement certain que, dès que vous aurez cet article sous les yeux, il neigera à gros flocons. Et plus personne ne parlera de réchauffement climatique et on s’échangera des Greta en peluches pour se souvenir. Néanmoins, lorsqu’Audi m’a confié son dernier petit cabriolet restylé, je n’ai pu faire autrement que de rouler toit ouvert et cheveux au vent.

L’Audi TT, c’est un peu l’antichambre de la R8 ou la «petite sportive» pas chère qui vient avant la Supercar inaccessible. Quoique, lorsque l’on parle de «pas cher», encore faut-il savoir fixer des limites parce que nous sommes tout de même loin de la Dacia Duster en termes de prix. En tout cas, en montant dans la version RS – pour «reste scotché dans ton siège» et en référence aux grandes sœurs familiales ultrasportives – on a tout de suite ce sentiment d’entrer dans le monde des «sportives».

Déjà du fait d’être assis par terre et en plus de regretter immédiatement tout excès alimentaire durant ces douze dernières années. Une chose est certaine, l’Audi TT RS ne tolérera pas d’excès de poids sur le long terme. Attention, ne vous méprenez pas, je ne vous dis pas qu’avec dix kilos de trop vous n’entrerez pas dedans, mais disons qu’à la vingtième fois que vous essayerez de vous extraire de la voiture avec un chausse-pied et que vous vous roulerez par terre, le souffle coupé le temps de vous relever, vous comprendrez rapidement qu’il va falloir gérer votre alimentation de manière différente. Que manger dissocié ne veut pas dire alterner entre Burger King et McDo.

Une fois que vous aurez intégré qu’un régime ne vous apportera que du bonheur à l’approche de l’été et que vous aurez également saisi que partir en vacances d’été avec l’Audi TT RS et une énorme valise n’est pas une option, vous pourrez gentiment envisager un week-end dans la région avec un tout petit sac de sport.

Pour le reste, ça reste une sportive allemande – l’intérieur est placé sous le signe de la sobriété. On sent bien que les designers étaient là d’abord pour rendre le tableau de bord efficace. On a viré l’immense dalle tactile que le groupe Audi-Volkswagen-Skoda a tendance à mettre actuellement un peu partout. Elle a été remplacée par un cockpit virtuel qui rend virtuellement impossible de savoir quelle heure il est, puisqu’il donne l’impression que ça change tout le temps de place. En revanche, c’est sobre, propre et bien rangé. C’est allemand.

Pour ce qui est du roulage, c’est un kart. Avec quatre roues motrices, mais un kart quand même. La position ultrabasse et l’impression d’être «pluggé» directement dans le véhicule comme un Playmobil intensifient encore cette sensation de monoplace sportive et confirment que la TT RS est une voiture d’égoïste. Si l’exiguïté de l’espace bagages n’était pas suffisante comme preuve, cette sensation d’être dans une monoplace et de presque en oublier le passager le confirme.

Niveau sportif, il n’y a rien à dire, elle assume sa condition. J’aurais préféré avoir un peu plus de puissance bas dans les tours mais, à la place, j’ai appris à rouler à fond dans les tours et à ne pas hésiter à mettre le pied au plancher – tout en respectant bien sûr les limitations prescrites par nos valeureuses autorités qui n’ont à cœur que notre sécurité. Une fois que l’on utilise les tours moteur comme il se doit, l’Audi TT RS et ses 400 chevaux ne demandent qu’à partir galoper dans les champs. A partir de ce moment-là, vous commencerez à vous connecter un maximum sur les applications météo, parce que le printemps ne viendra jamais assez vite. En attendant, vous pourrez toujours utiliser les chauffages installés derrière la nuque pour rouler ouvert même quand il fait froid. Mais si le simulateur de chaleur
c’est bien, la réalité du soleil sur votre visage, c’est quand même mieux.

* Bitume.ch


Fiche technique

Audi TT RS cabriolet

Moteur: 5 cylindres en ligne, 2,5 l

Puissance: 400 ch

Puissance fiscale: 28 CV

Poids: 1540 kilos

Vitesse maximale: 250 km/h

0 à 100 km/h: 3,9 s

Mixte: 8,0 l/100 km

Emission de CO2: 178 g/km

Thomas Veillet*

Aucun titre

Lui écrire

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."