Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

La Royal Academy de Londres maintient sa "Summer Exhibition"... mais en octobre

La plus vieille foire d'art contemporain du monde a eu lieu sans interruption depuis 1769. Les bombes allemandes de la dernière guerre ont fait moins peur qu'un virus.

Le grand hall de la Royal Academy pour l'édition de 2019.

Crédits: David Perry. Royal Academy, Londres 2020.

«Elle aura lieu!» Je reprends ici intentionnellement la dernière réplique de «La Guerre de Troie n’aura pas lieu» de Jean Giraudoux. Et je l’applique à la «Summer Exhibition» de la Royal Academy (RA). C’est sans nul doute la plus ancienne foire de peinture du monde. La RA a été créée en 1768. Le premier accrochage des académiciens et des peintres indépendants retenus remonte donc à 1769. Les expositions se déroulaient alors à Somerset House, là où se trouve aujourd’hui la Collection Courtauld. Le déménagement à Piccadilly a eu lieu sous Victoria. Aucun millésime a été sauté. Même les bombes allemandes de la dernière guerre n’ont pas fait fléchir les organisateurs, en dépit des risques. Alors ce n’allait pas être une pandémie de troisième ordre qui allait y parvenir.

Evidemment, les dates se sont vues modifiées. La présentation n’allait pas durer du 9 juin au 16 août, comme les autres années. Le calendrier aujourd’hui adopté tient davantage de l’été indien que de l’été tout court. La manifestation, placée en 2020 sous la direction de Jane et Louise Wilson, se déroulera (si tout va bien) du 6 octobre au 3 janvier 2021 dans les grandes salles du premier étage. Normalement, les commissaires sous-traitent la mise en place des différents murs à des accrocheurs. Il faut dire qu’il y a là plus de mille œuvres (peintures, sculptures, dessins, gravures, photos…), en principe toutes à vendre. Un principe largement suivi. Immensément populaire, la «Summer exhibition» débouche à chaque édition sur un nombre record de ventes à tous les prix, de quelques centaines de livres à… un million voire davantage. Je vous ai raconté l’an dernier celle des 250 ans. Reste à savoir combien de visiteurs pourront se voir accueillis à la fois en 2020...

Les FRIEZE annulées

Si la RA se cramponne, tout comme à Paris la FIAC et ArtPAris (qui a refait surface), d’autres manifestations supplémentaires viennent de jeter l’éponge. C’est le cas de FRIEZE London et de son strapontin FRIEZE Masters, normalement organisés en octobre. Deux événements plus juteux sur le plan financier, certes, mais tout de même moins mythiques que le seul Salon ayant survécu tel quel depuis le XVIIIe siècle. Dans la foulée, mais nous quittons ici le terrain britannique, TEFAF Fall n’aura pas lieu cet automne à New York. Il s’agissait déjà du report de la TEFAF Spring, jumelée avec TEFAF Fall, puisque la foire néerlandaise a fait deux petits dans le Nouveau Monde.

L'enseigne de la FRIEZE en 2019. Photo FRIEZE, Londres 2020.

Là, il y a selon moi des inquiétudes à se faire sur la suite. En 2020, seuls ont pu cartonner Artgenève et la BRAFA de Bruxelles. La TEFAF de Maastricht, comme je vous l’avais raconté, avait fini en mars de manière catastrophique par une débandade. Un énorme «cluster» (c’est comme cela que l’on dit maintenant) avait été détecté au sein de cette très élégante réunion d’art ancien, moderne et contemporain.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."