Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

Nouvelle découverte archéologique. Les Egyptiens n'en font-ils pas un peu trop?

Un bateau du IVe siècle avant-Jésus-Christ a été localisé et vidé. Le pays en fait tout un plat. Les spécialistes commencent à trouver qu'ils survendent leurs trouvailles.

La cité antique d'Herakleion, reconstituée par l'équipe de Franck Goddio.

Crédits: Franck Goddio.

Les Egyptiens viennent d’annoncer une découverte archéologique. Une de plus! De quoi s’agit-il cette fois? Des restes d’un bateau long de vingt-cinq mètres. Une mission franco-égyptienne, placée sous la direction du très médiatique Franck Goddio, l’homme d’Alexandrie, a trouvé sous les eaux cette rare embarcation remontant au IVe siècle avant Jésus-Christ. Nous sommes sur (ou plutôt sous) le site d’Hérakleion (ou Thônis), une ville portuaire très hellénisée. Longtemps portée disparue, la cité refait souvent parler d’elle depuis sa localisation en 2001. Elle s'était abîmée dans les flots au IIe siècle avant notre ère après plusieurs tremblements de terre. Amarré près du temple d’Amon, le navire aujourd’hui mis en vedette par le service des antiquités égyptiennes aurait coulé à ce moment-là. Les archéologues ont également trouvé les restes d’un complexe funéraire grec d'Hérakleion, dont la gloire a commencé à pâlir après la fondation d’Alexandrie à la fin du IVe siècle avant Jésus-Christ.

La nouvelle a bien sûr couru les agences, accompagnée de quelques photos. Mauvaises. De nombreux journaux ont diffusé la nouvelle, ce qui est le but. L’Egypte se voit aujourd’hui accusée de «propagande archéologique», comme a ou l’être la Bulgarie à la fin du XXe siècle. Régulièrement, ses instances officielles annoncent de grandes découvertes, qui peuvent aller de momies inédites à des monuments inconnus. Il s’agit pour elle de maintenir à la fois l’attention et une tension. Tant pis si ces trouvailles, en réalité souvent modestes, passent ensuite à la trappe. Oubli total. Le tourisme reste bien malade depuis la révolution de 2011. Inutile de préciser (je le fais tout de même...) que l’actuelle pandémie n’a rien arrangé. Il s’agit aussi de préparer l’ouverture tant attendue (et toujours repoussée) du musée pharaonique construit près des Pyramides, qui devrait accueillir dans les 100 000 objets.

Avertissement

L’Egypte a tellement tiré sur cette corde sensible que l’Agence France Presse, qui diffuse l’information, s’est fendue d’un avertissement. Ce qui ne se fait en principe jamais. «Les autorités égyptiennes annoncent régulièrement des découvertes archéologique parfois sans attendre les conclusions des experts chargés des analyses scientifiques et les mises en perspectives nécessaires, selon les spécialistes.» Bien sûr, le «selon les spécialistes» couvre tout, il innocente, mais avouez que l’AFP devient parfois prudente!

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."