Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

Rétropédalage. La flèche de Notre-Dame de Paris se verra restaurée à l'identique

Le président de Macron vient de changer d'avis sans le dire. Il n'y aura pas de geste architectural contemporain. Il faut aller de l'avant, et un consensus général se dégage.

La flèche de Viollet-le-Duc photographiée vers 1865 par Charles Marville, quand elle était toute neuve.

Crédits: DR.

Je suppose que vous savez. La presse française en a sobrement parlé, jouant comme trop souvent les simples caisses enregistreuses. Tout a fini jeudi comme prévu. A peine arrivée dans son bureau de ministre de la Culture, Roselyne Bachelot avait répandu dès mercredi la probable nouvelle. "Le président Macron pencherait maintenant pour une reconstruction à l’identique de la flèche de Notre-Dame, tombée lors de l’incendie du 15 avril 2019." L’intéressé a confirmé la chose le jeudi 9 juillet. Il ne faut selon lui plus retarder les travaux de restauration, qui devraient se terminer (ou presque) en 2024 pour les Jeux Olympiques. Emmanuel Macron tient aussi compte du «consensus qui se dégage». Il n’y aura donc pas de geste architectural moderne afin d’adapter l’édifice gothique au goût d’aujourd’hui… qui ne sera pas forcément celui de demain.

Qui a en fait décidé? La Commission nationale du patrimoine et de l’architecture! Tous ses membres se sont prononcés dans un document de 3000 pages (qui l'a lu, au fait?) pour la restitution de l’ajout d’Eugène Viollet-le-Duc, érigé sous Napoléon III. Une belle unanimité, comme dans un tableau helvétique de Ferdinand Hodler. Je vous rappelle que la cathédrale vivait alors sans flèche depuis la fin du XVIIIe siècle. L’authentique menaçait alors ruine. Le désintérêt des contemporains de Louis XVI pour l’architecture médiévale et les caisses vides du royaume avaient laissé le chantier en plan après le démontage de ce clocheton. Une dentelle de bois et de métal nettement moins haute que celle des années 1860.

Discours incohérent

Tout est donc bien qui finit bien. Ce qui me laisse cependant pantois, c’est de voir à quel point l’homme à la tête de la France peut rétropédaler sans le dire. Emmanuel Macron ne prend même pas la précaution oratoire de dire qu'il a changé d’avis, comme si nul ne l’avait remarqué. Je veux bien admettre que les Français soient sans doute le peuple le moins cartésien de la Terre, mais il me semble tout de même qu’entre les discours de 2019 et ceux de 2020 il y a un abîme. Peut-on prôner une chose et son contraire? Napoléon III me semble avoir été plus cohérent en son temps.

Reste maintenant à voir comment les travaux vont progresser. En septembre au plus tard, l’échafaudage métallique qui devait servir en 2019 à la rénovation de la flèche de Viollet-le-Duc Duc sera totalement démonté. Il deviendra dès lors possible d’aller de l’avant… et peut-être même de l’arrière. La responsabilité en incombera à l’architecte Philippe Villeneuve, qui représente le patrimoine, le général Jean-Louis Georgelin demeurant aux commandes presque suprêmes. Qui vivra verra! Reste que le général est sorti de sa réserve, comme certains Indiens. «Je suis heureux que les Français, les pèlerins et les visiteurs du monde entier puissent retrouver la cathédrale qu'ils aiment.»

P.S. Je dois encore dire que la charpente aussi sera refaite à l'identique. En chêne. On avait parlé de béton ou d'acier depuis quinze mois.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."