Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

Sotheby's expose deux jours à Genève le stock océanien de Charles-Edouard Dufflon

Le spécialiste des arts premiers est mort en mars. La vente se déroulera le 30 novembre à Paris. On visite l'exposition rue Diday sur rendez-vous seulement.

L'une des boîtes à trésor maori.

Crédits: Sotheby's.

Les choses n’ont pas traîné. En mars dernier, je vous apprenais le décès de Charles-Edouard Dufflon, victime d’un AVC à 52 ans. En ce moment, une partie du stock appartenant au marchand d’arts premiers genevois se retrouve chez Sotheby’s, rue du Stand. Une très courte exposition, puisqu’elle ne durera pour le public ce jeudi 14 octobre et demain vendredi 15. Le tout partira ensuite pour le siège parisien de la multinationale, en face de l’Elysée. Les lots se verront vendus le 30 novembre dans une journée dédiée à l’Afrique et à l’Océanie. Il n’y aura pas de catalogue sur papier glacé pour en garder en souvenir. La maison a décidé que cela ne valait pas la peine. «Online only». La vacation elle-même sera «live», ce qui compense un peu.

C’est au départ un choc visuel. Le premier étage du siège genevois de Sotheby’s ressemble aussi peu que possible à «Témoin», l’antre qui servait de magasin à Charles-Edouard dans la Grand-Rue. Comme le disait l’un des invités du petit cocktail de mercredi, on passe du noir au blanc. De l’entassement au dépouillement. Autant l’antiquaire brassait les œuvres, qu’il se chargeait d’animer pour les amateurs, autant la maison de vente les distille au compte-goutte afin de rappeler qu’elles sont rares, et donc précieuses. Il reste cependant rue du Stand l’idée d’un cabinet de curiosités. Les pièces océaniennes, puisque l’Afrique s’est ici vue éliminée des quelque 160 œuvres retenues pour la vente, se voient accompagnées de gravures anciennes sur la Polynésie et même de tableaux. Il s’en voit un d’Emile Chambon, peintre local qui fut aussi un grand collectionneurs de ces arts qu’on ne disait pas encore premiers. Il s’agit bien sûr d’une nature morte au «tiki». Un double clin d’œil.

Estimations incitatives

Autrement il y s'admire, redéployés, de beaux objets reflétant des cultures cousines des Iles Marquises aux Iles Cook. Beaucoup d’armes taillées dans le bois, mais aussi des anneaux d’oreilles en ivoire de baleine ou des objets utilitaires. Certains «items» se révèlent prestigieux. Ils sont estimés en tant que tels. C’est notamment le cas de deux massues «u’u», prisées la première de 40 000 à 60 000 euros et la seconde entre 50 000 et 70 000. La même chose vaut pour deux boîtes à trésor maori. L’une à 15 000-25 000. L’autre autour de 50 000. Certaines pièces moins spectaculaires, ou tout simplement en dehors des modes actuelles, devraient réaliser des scores bien moindres. On parle parfois de 1000 euros. La chose vaut surtout pour les gravures qui ancrent les œuvres dans une réalité historique et sociale.

Deux choses semblent cependant claires. La première est qu’il faut tout réaliser. La seconde qu’il s’agit souvent d’estimations dites «incitatives». Surtout si l’on pense aux tarifs «u'u» pratiqués par Charles-Edouard Dufflon! Autant dire que Sotheby’s et les vendeurs en espèrent secrètement bien davantage. Mais pour cela, il faut susciter des batailles (sans massues) entre amateurs en salle, ou de plus en plus souvent en ligne. Sotheby’s proposera aussi quelques livres de la bibliothèque, qui faisait un effet terrible dans la cave aménagée de la Grand-Rue. Les plus beaux et les plus recherchés, bien sûr. Pour le reste, peu d’illusions. Les collectionneurs ne cherchent aujourd’hui plus à se faire des rayonnages de référence. Quant aux institutions, elles les possèdent en général déjà.

Pratique

«Collection Charles-Edouard Dufflon», Sotheby’s, 2, rue François-Diday (angle rue du Stand), Genève, les 14 et 15 octobre. Tél. 022 908 48 00, site www.sothebys.com Ouvert de 9h à 18h. Sur rendez-vous uniquement.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."