Mullerjulieweb

Journaliste à Bilan

Du Chili à la Corée du Sud en passant par l'Egypte, quand cette jeune journaliste de Bilan, férue de voyages, n'explore pas les quatre coins de la planète, elle exerce son autre passion: l'écriture. Après avoir consacré la plupart de ses étés à des stages dans les rédactions de Suisse romande (entre autres 20 minutes, Tribune de Genève, L'Agefi et le Temps), la Genevoise s'est arrêtée deux ans à Neuchâtel pour obtenir son Master en journalisme. A présent bien installée dans les rangs de Bilan, elle aiguise ses armes en écrivant pour le magazine et bilan.ch Curieuse, son champ d'action se veut à peu près aussi vaste que celui de l'économie: Management, innovation, luxe, entreprises, immobilier...

Genève avance à reculons

Genève avance à reculons

Politique Par rapport au reste de la Romandie, voire à l’échelle nationale, Genève fait preuve d’avant-gardisme ces derniers temps. Chaque politicien y va de sa petite révolution et tente de faire bouger les choses. Si sur le fond ces décisions sont louables, le problème est que, sur la forme, c’est une tout autre histoire.

Genève a d’abord annoncé l’introduction de sa vignette antipollution Stick’air, sous l’impulsion du conseiller d’Etat Antonio Hodgers, en fin d’année dernière. Une nouvelle mesure qui est loin de faire l’unanimité sur sa mise en œuvre, notamment auprès du TCS. Ce dernier a d’ailleurs fait recours pour preuve de son mécontentement et obtenu un effet suspensif qui pourrait bien mettre en péril le fameux macaron.

Du côté de la maire de la ville, Sandrine Salerno, le décret féminisant 250 panneaux routiers lui a aussi valu des critiques. L’intention pourtant louable d’accroître la visibilité des femmes dans l’espace public a finalement outré une partie de la population au vu du coût de l’opération: soit 56 000 francs.

Enfin, la dernière annonce du magistrat Guillaume Barazzone de potentiellement établir le désormais attendu Marché de Noël genevois au Jardin anglais a fait grincer des dents. Pour rappel, à l’époque des Fêtes de Genève, en 2016, celui-ci avait vivement critiqué les dégradations causées par ce type d’événement dans le célèbre parc au bord du lac. Un revirement de discours écologiste qui laisse pantois.

Mais alors, que penser de tout cela? Que nos politiciens ont de beaux discours mais n’ont pas encore trouvé les bonnes applications.

Gare aux retours de bâton!

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."