Zaki Myret

RÉDACTRICE EN CHEF DE BILAN de 2014 à 2019

Myret Zaki est journaliste indépendante, spécialisée en économie et finance, et conseillère pour influenceurs et leaders d’opinion. Entre 2010 et 2019, elle a travaillé au magazine Bilan, assumant la rédaction en chef à partir de 2014. Elle avait auparavant travaillé au Temps de 2001 à 2009, dirigeant les pages financières du journal. Ses débuts, elle les avait faits à la banque genevoise Lombard Odier dès 1997, où elle a appris les fondements de l'analyse boursière. En octobre 2008, elle publie son premier ouvrage d'investigation, "UBS, les dessous d'un scandale". Elle obtient le prix Schweizer Journalist 2008. En 2010, elle publie "Le Secret bancaire est mort, vive l'évasion fiscale" où elle prédit que la fin du secret bancaire profitera à d'autres centres financiers. En 2011, elle publie "La fin du dollar" qui prédit la fin du billet vert comme monnaie de réserve, puis «La finance de l'ombre a pris le contrôle» en 2016.

Coronavirus, la faillite de la logique marchande

La pandémie a révélé tout le passif d'un système orienté profit mais faible au plan de la responsabilité sociale et du souci de l'intérêt général. Mais comme le système financier en particulier sera une fois de plus sauvé par la planche à billets, l'impulsion manquera pour engager des réformes de fond.

On aurait pu critiquer cent ans les manquements du système économique toujours plus inégalitaire qui régit le monde globalisé. En rappelant combien ce système favorise les grandes entreprises par rapport aux petites, et les gros salaires par rapport aux petits. Combien il récompense mieux le capital que le travail. Combien il préfère l’endettement aux progressions salariales. Combien il accélère le changement climatique sans allouer les ressources suffisantes à la transition énergétique. Combien il favorise un productivisme extrême, notamment dans le secteur hospitalier, qui épuise le personnel et rabote le nombre de lits. Combien il favorise l’alimentation industrielle et son lot d’antibiotiques, d’additifs ou d’hormones. Combien il favorise les maladies du travail liées au stress, la prise d’opioïdes et autres psychotropes, plutôt qu’une véritable politique de santé publique. Combien la course au profit est aussi le moteur de l'épidémie d'obésité. Et combien l'ensemble de ces maux accroissent les maladies, affaiblissent le système immunitaire et le rendent tributaire de médicaments et de vaccins, qui enrichissent les géants de la pharma.

Et en disant tout cela, on aurait prêché cent ans dans le désert. Mais la pandémie mondiale de coronavirus est venue révéler, de manière bien plus éloquente, la somme de toutes ces failles du système et avec elles, les conséquences de certaines politiques économiques, de certains choix de société et d’une certaine vision du monde, toujours plus orientée vers le profit plutôt que vers le bien-être social, malgré les discours vantant la responsabilité sociale et environnementale.

Services publics et médias délaissés

La pandémie nous montre combien la logique marchande qui est montée en force depuis quelques décennies nous a éloignés de politiques d’intérêt général et a dégarni les services publics et délaissé l'économie locale, menant à des issues socialement absurdes.

D’un côté, les compagnies aériennes, jugées essentielles à l’économie, bénéficieront d’une aide spécifique de la Confédération et se verront avancer les liquidités nécessaires à leur reprise d'activité, sans même s'engager en direction d'une transition écologique nécessaire. Le secteur bancaire suisse et international, lui aussi, a bénéficié d’une aide massive apportée aux activités de gestion et de marchés, grâce aux injections de liquidités sans précédent des principales banques centrales.

D'un autre côté, les médias sont laissés à leur sort. Alors que le secteur de l’information joue un rôle public de premier plan pour tenir au fait la population, la logique financière impose aux éditeurs de journaux des coupes drastiques dans les effectifs et dans les moyens des rédactions, au motif que leur chiffre d’affaires publicitaire baisse. Un média, bien qu’il serve l’intérêt public, est censé dégager des profits, et au minimum couvrir ses coûts, à l’instar d’une marchandise ordinaire. En Suisse, cette logique a également prévalu dans la décision du Conseil fédéral de ne pas soutenir directement ce secteur, bien qu’il représente un droit fondamental des citoyens, le droit à l’information.

Toujours en Suisse, les petits agriculteurs et les petites entreprises, eux aussi, n’ont pas reçu d’aide suffisante ou adéquate, sachant que leur situation était déjà fragilisée avant cette crise. D’un côté, les producteurs agricoles ont été pour l’essentiel liés par des accords d’exclusivité avec les gros distributeurs, leur interdisant de fournir directement la population en produits frais tels que fruits et légumes, au moment même où les gros distributeurs n’arrivaient plus du tout à suivre les commandes et à livrer les consommateurs dans des délais raisonnables. Cette crise aurait pu profiter à l'agriculture de proximité et aux producteurs locaux, mais ce n'est pas le cas. 

De leur côté, les petits indépendants qui ont dû fermer leurs commerces ont certes obtenu des indemnités et allocations correspondant à leurs cotisations sociales, mais ils ont été priés, pour le reste, de s’endetter pour payer les loyers commerciaux, qui restent dûs malgré la fermeture de leurs magasins. Dans leur cas, l'endettement est un lourd fardeau qui pèsera sur leurs épaules des années durant. Les temps étaient déjà difficiles pour les commerçants, qui souffrent depuis des années de la concurrence fatale de l'e-commerce. 

L’économie réelle, celle des salariés non indexés à la bourse, et des épargnants de la classe moyenne, sera la plus impactée par cette crise. Pour les petits épargnants et les retraités, la politique des taux négatifs avait déjà radicalement modifié la donne. Les bas de laine qui étaient auparavant placés en obligations sûres, touchaient un rendement sans prise de risque. C’était ce qu’on pouvait appeler la rente du pauvre. Depuis quelques années, les taux négatifs ont supprimé les rendements sans risque de l’épargne, que ce soit pour les avoirs placés à la banque ou pour les capitaux de retraite gérés par les caisses de pension. Avec une épargne érodée, des coups durs comme cette pandémie majeure ne font que raboter davantage la sécurité financière de la classe moyenne. D’un autre côté, les actionnaires restent prioritaires, même après des années de rendements records: par exemple, UBS et Credit Suisse, auxquels on reprochait comme à d'autres groupes de verser des dividendes élevés en ces temps de crise, ont résolu le problème en les versant en deux tranches séparées, plutôt qu'en y renonçant pour utiliser ces fonds pour préserver les emplois et les salaires. Les bénéfices des grands groupes s'étaient déjà nettement plus traduits par des versements de dividendes que par des revalorisations de salaires, durant la décennie écoulée.

Des hôpitaux devenus centres de profit

Mais l’illustration la plus éloquente du déficit en responsabilité sociale nous est fournie par le secteur des hôpitaux. Le secteur de la santé, confronté à la même logique marchande, préférait lui aussi ne plus avoir de centres de coûts, uniquement des centres de profits: pour rendre les hôpitaux plus rentables, on avait partout réduit le nombre de lits d’hospitalisation à temps complet ces 40 dernières années. L’objectif était de renvoyer le patient chez lui à la seconde où c’était envisageable et d’assurer une rotation maximale des lits. Entre 1998 et 2018, le nombre de lits pour 1000 habitants est passé de 6,3 à 4,5 en Suisse. En France, où existent des chiffres pour 1980, il y avait alors 11 lits pour 1000 habitants, ce qui donne une idée du changement de normes qui s'est opéré. Aujourd’hui, la France a divisé ce ratio par deux (6,5). Aux USA, il y avait 8 lits /°° en 1970, 6 lits en 1980, et moins de 3 aujourd’hui. De même, l’investissement dans le personnel infirmier était insuffisant partout dans le monde avant la crise. On avait réduit les effectifs dans les soins à la portion congrue, et des grèves et burnouts ne cessaient de ponctuer la vie de la profession infirmière. 

Le monde s’est aussi éveillé à l'impensable pénurie complète de masques, les mêmes calculs d’épicier l’ayant privé des protections anti-virus les plus basiques: pour libérer quelques surfaces, pour économiser quelques charges, on avait sacrifié de gigantesques stocks de masques chirurgicaux et de solutions désinfectantes. Le monde du flux tendu (ou du juste-à-temps) est par définition antinomique à la notion de stocks.

On l'aura compris, les services hospitaliers dégarnis ne sont que le révélateur d’un «business model» social plus vaste, qui alloue les ressources de façon peu sociale et peu inclusive. Les ressources ont été sous-allouées à tout ce qui concerne le bien-être général et sur-allouées à d’autres activités, moins collectives, moins d’intérêt public, mais très gourmandes en création monétaire, en particulier le système financier. Autant les secteurs précités ont reçu peu, autant le système financier a reçu, en 2008, des aides incalculables qui ont abouti au surendettement de la plupart des pays de l’OCDE. 

Avec la planche à billets, rien ne sera appris

Cette situation se répète aujourd’hui. Depuis septembre dernier, le marché américain du crédit à court terme a connu une crise de liquidités, peu ou pas expliquée, qui a justifié un soutien massif de la banque centrale américaine. On assiste au sauvetage – devenu permanent - des marchés du crédit financier, à savoir les emprunts au jour le jour, destinés à financer les investissements spéculatifs de gérants de fonds, véhicules hors bilan, traders à haute fréquence, hedge funds, négociants, fonds quantitatifs. Un univers spéculatif qui dépasse aujourd’hui même la taille des bilans bancaires. L’arrivée de la crise en février a fourni le prétexte de décupler ces subventions déjà considérables au «casino boursier», et les prêts au système financier se chiffrent en plusieurs milliers de milliards depuis quelques semaines. 

Ici, il faut souligner une différence majeure. Tandis que les décisions d’allouer des ressources aux petites entreprises et à l’économie réelle font en général l’objet d’un examen public méticuleux et doivent passer par les parlements et faire l’objet de compromis, les décisions de refinancer les marchés financiers, elles, se prennent en quelques heures et ne font l’objet d’aucune consultation populaire, bien qu'elles impliquent un endettement public supplémentaire lié à l’émission de titres. Cet endettement est un coût supporté par la collectivité: d’une part, quand un Etat est surendetté (pour avoir suralloué de telles liquidités), il doit couper dans le social. C'est actuellement le cas aux Etats-Unis, où le budget 2021 de Trump prévoit des coupes dans la sécurité sociale. D’autre part, la création monétaire gigantesque (on fait généralement référence à la «planche à billets») se traduit par une dévaluation de la monnaie, à savoir de l’inflation. Le pouvoir d'achat de la monnaie chute au fil des ans. C'est un autre coût supporté par le citoyen, sans consultation démocratique.

Ceci étant posé, rien ne sera appris, cette fois encore. Ce système économique, qui est certes durement secoué par la pandémie mondiale, n'a pas démontré sa capacité à se remettre en question car il n’en n’a jamais eu la nécessité. En 2008, l’échec du système a été récompensé par des banques centrales qui ont hissé les marchés financiers à leurs records de tous les temps à travers leurs politiques de rachats de titres, à l’aide de la planche à billets. 

Peu de chances que le paradigme change

Cette fois-ci encore, quand l’économie reprendra plus tard cette année, nous anticipons qu’il n’y aura pas de réelle remise en question, ni de changement de paradigme. Cette affirmation se base sur un indicateur très simple: les gains boursiers phénoménaux des dix dernières années sont loin d’avoir été éliminés par le krach de février-mars 2020. La logique de soutien illimité des banques centrales aux marchés financiers, sans commune mesure avec le reste de l’économie, fait encore gagner trop d’argent aux acteurs du secteur, tout en prétendant que de telles politiques ne représentent nul coût pour la collectivité. La finance se portant bien, il n’y donc pas d’incitation forte chez ses protagonistes à se remettre en question ou à souhaiter que la prévention des crises collectives de type pandémies coûte plus cher ou requière un changement de modèle. Entre le 19 février et le 23 mars dernier, l'indice américain des actions S&P 500 a perdu 34%. Mais il a déjà rebondi de 25% depuis, suite aux annonces de liquidités. Un bull market qui semble avoir escompté la crise, déjà ce 10 avril 2020. A ce jour, le gain du S&P depuis son creux de 2009 et en incluant le récent krach reste de 237%. L’indice se trouve aujourd’hui, malgré tous les cris d’orfraie, à son (très haut) niveau de juin 2019, grâce à l’action annoncée comme «illimitée» de la banque centrale américaine, qui a donné un signal d’achat artificiel et quasi-autoritaire au marché. Autant dire que cette crise ne laisse que très peu de traces sur la bourse, alors même qu’elle provoquera une récession dans l’ensemble de l’économie mondiale, à commencer par un recul du PIB américain estimé à 34% au deuxième trimestre, et des millions de pertes d’emplois dans le monde développé.

Le modèle n'a pas payé pour ses failles

La logique financière aboutit à une déconnexion entre l’économie réelle et l’économie boursière, qu’illustre particulièrement le cas américain. Nous analysons les Etats-Unis avec un œil sur la Suisse, dont les choix de réponse à la crise, comme le sauvetage du secteur aérien et l’incitation à l’endettement des entreprises, semblent inspirés du modèle américain. Mais tandis que l’économie réelle se retrouvera face à ses pertes, ses dettes, son chômage, l’économie boursière est protégée des pertes, est administrée par la planche à billets aux frais du contribuable, bénéficie de ses propres plans de sauvetage, y compris depuis bien avant la crise du coronavirus.

En conclusion, nous estimons que cette crise ne suffira pas à imposer dans l’immédiat un agenda de réformes sérieuses au système économique actuel, qui n’aura pas suffisamment perdu de plumes pour se réinventer, son excroissance financière étant prioritairement préservée des pertes et des coûts inhérents à ce modèle. Il reste que la crise a révélé au monde tous les coûts cachés d’un système trop focalisé sur la croissance des PIB, sur ses manquements, ses erreurs de calcul, et l’échec de ce paradigme à assurer le bien-être économique et social pour le plus grand nombre.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."