Lepeudry Penelope NB

Conseillère en lutte contre le crime financier et la fraude

Diplômée en finance et titulaire d’un master en audit, Pénélope Lepeudry est responsable du bureau de Genève pour le cabinet de conseil Alvarez & Marsal. Après avoir évolué dans différents cabinets (EY, Kroll et Deloitte) principalement à Singapour et en Suisse, elle rejoint Alvarez & Marsal fin 2019.

Pénélope Lepeudry a plus de 20 ans d’expérience dans la conduite d’enquêtes financières et dans l’accompagnement d’entreprises dans leur gestion de risques de fraude et du crime financier. Elle dirige des investigations dans des cas avérés ou des allégations de fraude, corruption, détournements d’actifs, abus de biens sociaux, fraude aux états financiers, et vol de propriété intellectuelle.

La fraude d'entreprise: est-ce l'affaire de tous?

La sensibilisation aux schémas de fraude et à leurs causes permet leur prévention mais a aussi pour conséquence une amélioration de la culture de l'entreprise.

Les cas de fraude finissent parfois dans les journaux et les plus «gros» scandales font parfois la une en raison de leur impact considérable.

Tout récemment, Bernard Madoff et la «combine» (Pyramide de Ponzi) qu'il a mise en place sans être détecté pendant de nombreuses années sont revenus dans les premières pages de la presse, à la suite de son décès en prison 12 ans après sa condamnation.

L'ampleur de la fraude, qui a entraîné des pertes de plus de 17 milliards de dollars pour près de 40’000 investisseurs, restera incompréhensible pour la plupart d'entre nous. Depuis sa condamnation, les autorités de régulation du monde entier (y compris en Suisse) ont considérablement renforcé les exigences de conformité. Bien souvent, chaque fraude majeure détectée entraine par la suite une série d’ajustements des réglementations et des contrôles. Malgré cela, d’autres scandales continuent d’émerger, encore et toujours.

Mais concrètement, la fraude, c’est quoi? Elle est définie comme toute activité visant à obtenir de manière intentionnelle (illégale ou contraire à l'éthique) un avantage au détriment d'une autre partie. Le terme « fraude » couvre de nombreux schémas et se décline à des tailles et niveaux de complexité très variés.

Dans le monde des affaires, la fraude peut prendre la forme de fausses déclarations (par exemple, surévaluation du chiffre d’affaires dans les comptes d’une société ou fausses déclarations sur les qualifications dans une demande d'emploi), de détournement d'actifs d'une entreprise (usurpation d'identité pour détourner le paiement dû à un fournisseur ou vol de produits en stocks ou de propriété intellectuelle) et de corruption (qui peut inclure des paiements de pots-de-vin, mais aussi des manœuvres découlant de conflits d'intérêts). Une liste un tant soit peu exhaustive d’une typologie de la fraude prendrait vite l’épaisseur d’un épais catalogue.

« Plus une fraude est détectée rapidement, moins les conséquences de celles-ci seront néfastes. »

Les signes révélateurs (dits « red flags ») et l'impact de la fraude en général doivent encore être mieux compris par chacun d'entre nous, en particulier dans le monde des affaires, afin que de telles activités puissent être signalées (et arrêtées) beaucoup plus tôt. En moyenne, une fraude est détectée seulement 14 mois après son départ et une identification précoce peut avoir des conséquences financières très bénéfiques pour les entreprises. De plus, la plupart des fraudes commencent modestement et s'amplifient avec le temps, car le fraudeur devient souvent plus gourmand et s’étonne que personne ne découvre ses activités. A cet effet, plus une fraude est détectée rapidement, moins les conséquences de celles-ci seront néfastes.

Le "Rapport aux Nations" 2020 élaboré par l'Association des « Certified Fraud Examiners » a souligné que les organisations peuvent perdre jusqu’à 5 % de leurs revenus à cause de la fraude chaque année (ce pourcentage est globalement le même depuis que cette étude existe). Les fraudes aux états financiers, qui comptent parmi les stratagèmes les plus complexes (souvent perpétrées par la direction), ont entraîné des pertes médianes d'environ 1 million USD par entreprise touchée. À l'inverse, les détournements d'actifs sont moins coûteux, avec des pertes médianes d'environ 100 000 USD, mais ils sont beaucoup plus répandus et plus susceptibles de se produire dans les petites et moyennes entreprises, tout comme les fraudes liées aux salaires.

Hormis les pertes financières directes pour les entreprises, la fraude peut également conduire à des pertes d’emplois importantes (à titre d’exemple, le stratagème frauduleux qui a conduit la société énergétique Enron Corporation à la faillite en 2001 a entraîné la perte de 85'000 emplois). Même si les fraudes d’entreprise n’ont pas toutes une telle ampleur, la plupart d'entre nous seront victimes ou témoins d'une fraude. Par exemple, les tentatives d'hameçonnage par courrier électronique sont de plus en plus fréquentes et de plus en plus sophistiquées. Elles réussissent souvent à inciter des victimes distraites à cliquer sur des liens appartenant à des sources apparemment légitimes en falsifiant les adresses des expéditeurs, une technique communément appelée "spoofing".

« La prise de conscience permet en effet de mettre en place des mesures de protection adéquates et d’éviter la propagation. »

Il est impératif qu’une prise de conscience s’opère sur la manière dont la fraude d’entreprise peut nous toucher toutes et tous et sur la manière dont nous pouvons chacun jouer un rôle clé pour la prévenir. La prise de conscience permet en effet de mettre en place des mesures de protection adéquates et d’éviter la propagation. Ces mesures entrainent en général une meilleure culture d'entreprise. 

Quelles solutions de sensibilisation mettre en place au sein des entreprises ?  Si cette tribune a permis de démontrer que la fraude d’entreprise nous concernait tous et qu’à cet effet, la sensibilisation était cruciale, nous nous pencherons sur les méthodes de sensibilisation existantes dans un prochain billet. L’accent sera également mis sur  l'impact de ces mesures sur la culture d’entreprise et leur importance sur une stratégie ESG active.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."