RÉDACTEUR EN CHEF DE BILAN

Serge Guertchakoff est rédacteur en chef de Bilan et auteur de quatre livres, dont l'un sur le secret bancaire. Journaliste d'investigation spécialiste de l'immobilier, des RH ou encore des PME en général, il est également à l'initiative du supplément Immoluxe et du numéro dédié aux 300 plus riches. Après avoir été rédacteur en chef adjoint de Bilan de 2014 à 2019, il a pris la succession de Myret Zaki en juin de cette année.

La récession guette

Encourager le télétravail permettrait de freiner un virus qui paralyse (le travail) plus qu’il ne tue

Il est l’heure d’admettre la réalité. Non, l’économie ne va pas pouvoir rebondir dans les prochaines semaines. Alors que la Suisse avait déjà assisté à une décélération brutale – d’après une première estimation du Secrétariat d’État à l’économie (Seco), la croissance du produit intérieur brut (PIB) en 2019 n’aura été que de 0,9% (2,8% en 2018) –, le coronavirus pourrait pousser nos économies vers un début de récession. Ce scénario n’est qu’un scénario, mais sa probabilité augmente au fur et à mesure que progresse la contamination.

Alors que la Suisse aura été le premier pays européen à adopter des mesures visant à interdire tout rassemblement de plus de 1000 personnes, c’est désormais au tour de la France et de l’Allemagne, entre autres, de s’y mettre. Ces premières mesures provoquent déjà quelques faillites d’entreprises dans notre pays, même si leur impact semble encore supportable.

Comment réagir

La question est désormais: est-ce que la Suisse va pouvoir éviter de placer en quarantaine tout ou partie de son territoire? Dans tous les cas, notre proximité avec l’Italie du Nord ne plaide pas en faveur d’un relâchement des mesures préventives. Pas étonnant que notre pays soit le 11e au monde le plus touché (en chiffres absolus), même s’il n’y a eu que deux victimes à ce jour.

Afin de traiter les personnes atteintes par le Covid-19 correctement, il se pourrait que de nouvelles mesures soient prises. Déjà, il est devenu interdit d’aller manger dans un EMS, de peur de contaminer des personnes âgées, réputées fragiles.

Etonnamment, les entreprises demandant à leurs collaboratrices et collaborateurs de travailler à domicile restent une exception. Pourtant, près de 80% de notre population travaille dans le secteur tertiaire. Dès lors, une majorité de la population active pourrait commencer par venir de manière alternée sur son lieu de travail, afin d’éviter toute promiscuité et de minimiser les risques. La fameuse distance de 1 mètre… Certes, une telle mesure aurait sans doute certaines conséquences, mais elle permettrait de freiner la propagation de ce virus qui paralyse (le travail) plus qu’il ne tue. En Europe, où les connexions internet fonctionnent bien, un recours plus systématique au télétravail pourrait être un pis-aller, une solution qui devrait permettre à la Suisse d’éviter de se retrouver en quarantaine.

Il est également étonnant que la libre circulation aux frontières semble intouchable, même à l’aune de la propagation du coronavirus. La prudence élémentaire impose pourtant de demander aux salariées et aux salariés de favoriser au maximum le travail à domicile, ce d’autant plus quand ces derniers proviennent de «régions à risque», comme l’Italie du Nord. Dans ce pays, rappelons qu’il y a désormais autant de personnes contaminées qu’en Corée du Sud.

Les yeux rivés sur le PIB

Dans tous les cas, alors que les statistiques du premier trimestre devraient indiquer un recul du PIB en Suisse, il semble d’ores et déjà difficile d’affirmer que le deuxième trimestre sera dans les chiffres noirs. Tous les espoirs portent sur la seconde moitié de cette période, dès la mi-mai. Le réchauffement de l’air devrait faciliter la lutte contre la contamination, l’humidité étant un puissant «accélérateur» de virus. Il faut donc souhaiter que, pour une fois, le réchauffement climatique vienne nous aider à vaincre plus rapidement ce virus venu de Chine. Il sera ensuite temps de prendre des mesures structurelles afin de rapatrier en Europe davantage d’activités manufacturières.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."