RÉDACTEUR EN CHEF DE BILAN

Serge Guertchakoff est rédacteur en chef de Bilan et auteur de quatre livres, dont l'un sur le secret bancaire. Journaliste d'investigation spécialiste de l'immobilier, des RH ou encore des PME en général, il est également à l'initiative du supplément Immoluxe et du numéro dédié aux 300 plus riches. Après avoir été rédacteur en chef adjoint de Bilan de 2014 à 2019, il a pris la succession de Myret Zaki en juin de cette année.

La résilience des entreprises

Les grandes entreprises sont à la fois des proies et des prédateurs, objets d’une consolidation quasi permanente

Différentes études tentent de prendre le pouls de notre économie. Que ce soit des enquêtes conjoncturelles réalisées par des Chambres de commerce et d’industrie auprès d’une partie de leurs membres ou des analyses du nombre d’offres d’emploi publiées. Cependant, Bilan est le seul média à contacter minutieusement toutes les entreprises de Suisse romande de plus de 100 personnes. Il s’agit d’un travail de fourmi qui nécessite des mois de travail. Ce sont des relances répétées via des milliers d’e-mails et des centaines d’appels téléphoniques. Au final, notre «radiographie de l’emploi» n’usurpe pas son nom. La tâche est d’autant moins simple que de nombreuses entreprises ne comprennent pas l’intérêt de nous communiquer leurs effectifs précis. Certaines jouent le jeu, mais uniquement par beau temps. Comment peut-on se dire en faveur du développement durable, prétendre être une entreprise citoyenne et jouer aux abonnés absents?

Une fois ce constat effectué, que montre notre enquête? L’emploi a globalement progressé depuis notre radiographie d’il y a deux ans, sauf dans le commerce de détail. Pas étonnant, à l’heure où le digital «assassine» une partie de nos commerçants, notamment dans le segment du textile, davantage menacé que le secteur alimentaire. Il faut savoir s’inspirer de ce qui se fait ailleurs, en soignant à la fois le service et la mise en scène pour que le client ressorte en ayant vécu quelque chose qu’il n’aura jamais devant son PC ou son smartphone. Bien entendu, l’avenir de nos commerçants ne dépend pas uniquement d’eux. Il faut aussi faire en sorte que les conditions-cadres ne les défavorisent pas par rapport à ceux de la ville, du canton ou du pays voisin. Que ce soit en termes d’horaires d’ouverture et d’accessibilité. La ville de Bordeaux, par exemple, dispose d’un centre-ville extrêmement animé, avec un taux d’arcades vacantes très bas. Les voitures y sont plus discrètes que dans des villes comme Genève ou Lausanne, mais parce que des parkings ont été créés en parallèle à la piétonnisation.

Autre secteur où des vents contraires semblent souffler: les multinationales. Certes, les Suisses ont finalement accepté la réforme de la fiscalité (la RFFA), mais cela ne signifie pas qu’un doublement du taux d’imposition laissera indifférentes toutes ces grandes sociétés. Ces dernières sont souvent harcelées par des actionnaires agressifs qui veulent voir leurs investissements mieux valorisés. D’où le démembrement d’un Procter & Gamble, par exemple, qui a été incité à se défaire de nombreuses marques: Gillette, Pringles ou encore de ses licences de parfums et de shampooings. Ces grandes entreprises sont à la fois des proies et des prédateurs, objets d’une consolidation quasi permanente. Seules survivent celles qui savent s’adapter. Le secteur bancaire ou le secteur industriel y sont particulièrement confrontés.

Face au fisc suisse

Autre type de souci: comment gérer sa croissance? La Suisse, et le canton de Vaud en particulier, voit naître de nombreuses startups. Certaines d’entre elles sont susceptibles de connaître un succès foudroyant et de se faire ensuite racheter. Heureusement, quelques-unes semblent s’enraciner ici. Pix4D ou Sophia Genetics en sont un parfait exemple. Reste à réfléchir comment ne pas pénaliser la présence de leurs fondateurs sur notre territoire lorsque ceux-ci lèvent des fonds et se retrouvent ensuite contraints de perdre le contrôle de leur société pour faire face aux velléités du fisc suisse.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."