Chabanne Xavier

Xavier Chabanne est le responsable national des applications pour Oracle Suisse. En charge de la mise en œuvre de la stratégie Oracle Applications en Suisse, il aide ses clients et prospects à naviguer vers la prochaine génération d'applications cloud, en défendant l'utilisation de nouvelles technologies telles que l'intelligence artificielle, l'apprentissage automatique, les chatbots, etc.

Depuis 1999, le travail de Xavier Chabanne chez Oracle a toujours été axé sur la création de collaborations solides avec ses clients des moyennes et grandes organisations, en tirant des enseignements de leur entreprise, puis en proposant les meilleures solutions pour adapter leur organisation aux nouveaux modèles commerciaux. En plus de son rôle de Country Applications Manager, il est également le Customer Experience Leader pour la Suisse et membre de la Country Leadership Team.

L'intelligence artificielle un tremplin pour une nouvelle génération de dirigeants financiers ?

Ces derniers mois nous ont montré que les directeurs financiers subissent une pression énorme pour aider leurs entreprises à survivre à la crise. Nous avons aussi vu que l'IA s'impose de plus en plus comme un nouvel allié pour les aider à mieux gérer les finances.

Crédits: Droits geralt pixabay

Pour mieux comprendre l'impact de la technologie sur le secteur des finances, nous avons mené une étude récente en collaboration avec Farnoosh Torabi. La recherche s’est basée sur 9 000 consommateurs et chefs d'entreprise de multiples pays. Nos conclusions montrent que les jeunes employés ont ressenti des niveaux élevés de stress et d'anxiété au sujet des finances de leur entreprise lors de la pandémie. 97 % des employés de la génération Z ont déclaré que la gestion des finances les préoccupe, et plus de la moitié (52 % de la génération Z et 53 % des millénials) que le cash-flow de leur entreprise est la cause d'insomnies.

Pour faire face à l'anxiété croissante et aux pressions des performances liées au travail, la génération Z et les millénials se sont tournés vers les technologies et l’intelligence artificielle. En effet, pas moins de 91 % des employés de la génération Z déclarent qu'ils confieraient à l'IA la gestion des finances de leur organisation. Une majorité de la génération Z (79 %) et des millénials (83 %) ont même admis qu'ils feraient davantage confiance à l'intelligence artificielle qu'au département des finances de leur entreprise.

Ce qui est certain, c’est qu’à mesure que l'intelligence artificielle et les technologies autonomes s'imposent, les aptitudes et les compétences nécessaires pour faire carrière dans des départements de finance vont inévitablement évoluer. Mais comment les futurs cadres financiers peuvent-t-ils préparer le terrain pour réussir ?

Les nouvelles compétences qui feront la différence

L'intelligence artificielle peut couvrir la plupart des tâches manuelles en comptabilité, laissant la place à d’autre compétences qui deviennent désormais nécessaires.

Une excellente compréhension des bases de la finance et de la comptabilité sera toujours nécessaire pour pouvoir superviser les algorithmes et repérer les anomalies. Toutefois, le travail quotidien consistera moins à effectuer des calculs qu'à interpréter des données, à effectuer des analyses commerciales et à communiquer avec les principales parties prenantes. Des compétences - telles que l'élaboration de stratégies commerciales sur la base de modèles prédictifs, les compétences de leadership, la gestion des risques, la négociation, la communication axée sur les données et les résultats financiers - contribueront à compléter les capacités de l'IA dans le domaine de la gestion financière.

La formation continue clé d’une réussite durable

Le rythme d'adoption des technologies s'accélère continuellement et les départements des finances se réinventeront. Cela signifiera que l'obtention d'un diplôme universitaire ne fournira plus les connaissances suffisantes pour assurer une carrière en tant qu’expert financier, et les programmes de formation actuels seront rapidement dépassés. Des certifications supplémentaires et de nouvelles compétences seront désormais nécessaires pour suivre le rythme de la technologie et l’évolution du secteur. L'apprentissage continu et une bonne compréhension de l'interface entre les domaines de la technologie et de la finance deviendront des critères indispensables lors du recrutement de la génération future de dirigeants financiers.

Les soft skills et la diversité : moteurs de la finance de demain

L'utilisation accrue de l'intelligence artificielle dans la finance créera des opportunités pour les employés talentueux sans formation spécifique. Si les bases de la finance peuvent être apprises, les compétences qui favorisent l'apprentissage continu sont souvent acquises en dehors des institutions dédiées. La priorité sera donnée à la personnalité, et à des qualités telles que l’ingéniosité, la capacité à collaborer, la flexibilité, la créativité ou encore la curiosité intellectuelle et technologique.

La combinaison de nouvelles compétences et la formation continue permettront également de créer des parcours professionnels plus diversifiés. De nombreux groupes ethniques sont aujourd'hui sous-représentés et n'ont pas toujours un accès égal aux points d'entrée traditionnels dans les carrières financières. Les nouvelles technologies telles que l'intelligence artificielle donneront aux employés de nouveaux horizons, ainsi que la possibilité d'acquérir de nouvelles compétences.

Il convient d'ajouter que les algorithmes d'intelligence artificielle ne fonctionnent correctement que s'ils se basent sur un ensemble de données holistique et diversifié sur lequel ils peuvent apprendre. En s’assurant d’avoir de la diversité dans l’entreprise, on s'assure aussi que les algorithmes d'IA sont correctement formés pour éliminer les préjugés. L'ère à venir de l'IA entraînera la démocratisation des carrières dans la finance et mettra l'accent sur la diversité et l'inclusion, ce qui est indispensable et permettra aux départements financiers de devenir plus efficaces.

Nombreuses sont les entreprises suisses qui n’hésitent pas à se tourner vers la technologie pour soutenir leurs finances, c’est le cas de la haute école spécialisée suisse HES-SO. L’accès aux rapports financiers en temps réel leur a permis de gagner en agilité et d’améliorer leur performance.

Pour conclure, je pense que les entreprises qui ne s’ouvriront pas à ces nouvelles technologies afin de mieux préparer demain passeront certainement à côté d'une nouvelle génération d'employés talentueux.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."