Chabanne Xavier

Xavier Chabanne est le responsable national des applications pour Oracle Suisse. En charge de la mise en œuvre de la stratégie Oracle Applications en Suisse, il aide ses clients et prospects à naviguer vers la prochaine génération d'applications cloud, en défendant l'utilisation de nouvelles technologies telles que l'intelligence artificielle, l'apprentissage automatique, les chatbots, etc.

Depuis 1999, le travail de Xavier Chabanne chez Oracle a toujours été axé sur la création de collaborations solides avec ses clients des moyennes et grandes organisations, en tirant des enseignements de leur entreprise, puis en proposant les meilleures solutions pour adapter leur organisation aux nouveaux modèles commerciaux. En plus de son rôle de Country Applications Manager, il est également le Customer Experience Leader pour la Suisse et membre de la Country Leadership Team.

Pourquoi la numérisation de la santé nous concerne tous

Aujourd'hui, le potentiel du cloud dans le domaine de la santé est non seulement reconnu comme un moyen de stocker et d’analyser rapidement les données, mais aussi comme ressource informatique pour améliorer la sécurité, la qualité, l'efficacité des soins et donc, le résultat pour les patients.

Dans le cas de la pandémie, à défaut de technologie adéquate et unifiée, la Suisse a eu du mal à tenir le décompte des infections. Les cantons remontaient de manière dispersée les nouveaux cas au gouvernement à défaut d’agrégation sûre et rapide. Or, des retards et des approximations peuvent avoir des conséquences concrètes sur l’évaluation d’une situation. Les faiblesses relevées doivent donc nous permettre de prendre les mesures adéquates pour pallier nos manquements.

Sur le front de la recherche médicale, des dossiers numériques cohérents seraient nécessaires. L'utilisation de la technologies avancées telles que l'IA et l'apprentissage automatique permettrait, par exemple, de tenir compte de la prédisposition génétique d'un patient et permettrait des diagnostics et des soins plus adaptés.

Selon une récent sondage d'Accenture , de plus en plus d'organismes de santé ont d’ailleurs intégré l'idée que toute entreprise est une entreprise numérique.

Ainsi, le secteur des soins de santé doit apprendre à maîtriser le changement et reconnaître qu'il n'y a pas de leadership sans leadership technologique. L'enquête montre que 66 % des cadres du secteur affirment qu'ils seront dans le cloud l'année prochaine, et 96 % dans les trois prochaines années.

Aujourd'hui, les patients passent plus de temps à rechercher leurs symptômes en ligne qu'à parler aux médecins. En outre, le nombre de patients augmente et leur gestion sera de plus en plus complexe... C'est pourquoi la numérisation n'est plus une option.

Les fournisseurs de technologie se mobilisent pour collaborer avec le secteur public, les ONG et le secteur privé afin de contribuer à améliorer les résultats et les possibilités offertes aux personnes malades et vulnérables dans le monde entier. Dans le cas précis de la pandémie, il s’agit aussi d'aider les agences gouvernementales et la communauté médicale à mieux comprendre et combattre le coronavirus.

Oracle a d’ailleurs soutenu les Instituts nationaux américains de la santé et les Centres de contrôle des maladies en créant une série d'applications de gestion de la santé publique, ainsi qu'une base de données nationale de dossiers médicaux électroniques (DME) qui ont été utilisés dans les essais cliniques et les efforts de vaccination du pays. Plus de 500 000 personnes se sont portées volontaires pour participer à un essai clinique du COVID-19 par le biais du système de gestion de la santé.

Oracle a également développé l'application v-safe qui permet à chaque Américain qui se fait vacciner de signaler facilement les effets secondaires, tels qu'une douleur au point d'injection ou un mal de tête, depuis son smartphone ou son ordinateur. Des dizaines de millions d'enregistrements sont aujourd'hui dans le système, ce qui permet à la communauté médicale d'utiliser les données anonymes pour comprendre l'impact du vaccin sur divers segments de la population, comme les femmes enceintes - pour lesquelles il n'existait aucune donnée auparavant (ce groupe démographique ne faisait pas partie des essais cliniques).

Les avantages de ces systèmes en matière de santé publique ont été ressentis bien au-delà des États-Unis. En étroite collaboration avec le Tony Blair Institute for Global Change, ces systèmes ont été utilisés en Afrique pour soutenir des programmes de vaccination à grande échelle contre la fièvre jaune, le VPH et le COVID-19.

La data pour devancer la propagation

Si, à un moment donné, le monde a semblé maîtriser le COVID-19, l'émergence de variants plus infectieux du virus, notamment Delta et Mu, menace de ralentir la reprise mondiale et de remettre en question l'immunité vaccinale actuelle. Afin d'aider les gouvernements et les communautés à identifier ces variants et à y répondre plus rapidement, l'Université d'Oxford et Oracle ont créé un système global d'analyse des agents pathogènes qui combine la plateforme évolutive de suivi des agents pathogènes d'Oxford avec la puissance du cloud. Ce nouvel outil est un bon exemple du pouvoir de la technologie, car il permet aux spécialistes de la santé, aux organismes de recherche, aux services publiques et aux sociétés de diagnostic du monde entier de mieux comprendre les maladies infectieuses, à commencer par le coronavirus.

A cet égard, les chercheurs utilisent le système développé pour télécharger des données sur les agents pathogènes et recevoir des résultats complets rapidement, voire en quelques minutes. Avec l'autorisation de l'utilisateur, les résultats seront partagés avec les laboratoires participants du monde entier dans un environnement sécurisé. L'agrégation et la comparaison des données fourniront des informations précieuses sur les variants émergents avant même qu'ils ne soient officiellement désignés comme préoccupants en raison de leur propension à se propager ou à réduire l'efficacité des vaccins.

L'accès à ce type de données anonymes, en temps réel et dans le monde réel, est l'avenir de la médecine. Qu'il s'agisse d'une pandémie ou d'une crise sanitaire, de la tuberculose au papillomavirus, la poursuite de la numérisation des données relatives aux soins de santé et la capacité de les partager et de les analyser en toute sécurité à une échelle plus globale promettent de débloquer de nombreuses percées médicales inexploitées.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."